Véhicules électriques et hybrides : révolution des méthodes de maintenance et d’entretien

Véhicules 100 % électriques ou voitures hybrides combinant une double motorisation (essence-électricité)... Les conducteurs se mettent de plus en plus au vert, les professionnels de l’automobile aussi. L’essor spectaculaire des véhicules électriques et hybrides révolutionne en effet les méthodes de maintenance et d’entretien, ce qui impacte l'activité des garagistes et des centres de contrôles techniques : investissements en matériels, habilitations, qualification du personnel. Autant de changements qui font évoluer les risques de votre activité professionnelle. Suivez le guide !

Véhicules électriques et hybrides 

Les voitures électriques et hybrides ont le vent en poupe


Une transformation progressive du parc automobile français


Avec 243 600 immatriculations d’hybrides et près de 111 000 nouvelles voitures électriques mises en circulation en 2020, la France est le 2ème pays européen où l’on achète le plus de modèles 100 % électriques (derrière l’Allemagne), et le 3ème en termes de modèles hybrides rechargeables(0). Les voitures hybrides et électriques neuves ont atteint une part de marché de 21,5 % en 2020, presque trois fois plus que l’année précédente(0).


Après avoir longtemps stagné sous la barre des 1 % de parts de marché, les voitures électriques ont représenté 6,7 % des immatriculations de voitures neuves pour les particuliers en 2020 (contre 1,9 % en 2019), soit un boom de +159 % en un an(0). Les voitures hybrides se sont quant à elles arrogé 14,8 % du marché (contre 5,7 % en 2019)(0).


Cet engouement pour les modèles électriques et hybrides rechargeables semble se confirmer pour l’année 2021. En janvier, 15 812 véhicules ont été immatriculés (soit 9,8 % de parts de marché)(0).


Depuis 2010, 486 107 modèles électrifiés rechargeables ont été mis en circulation en France(0). L’objectif cumulé pour fin 2021 du contrat stratégique de la filière automobile est de 706 000 véhicules en circulation, et de 1 million en 2022(0).


Un contexte économique et sanitaire qui accélère le passage à l’électrique


Cette transformation massive du parc automobile s’explique à la fois par les nouvelles normes européennes en matière d’émission de CO2, mais également par les nombreux dispositifs d’aides à l’achat mis en place par le gouvernement pour permettre aux conducteurs de réaliser des économies : bonus écologique (7 000 euros pour l’électrique, 2 500 euros pour les modèles hybrides rechargeables), prime à la conversion, aides locales, etc.


Les restrictions de circulation pour les véhicules polluants imposées peu à peu par certaines grandes agglomérations accentuent le phénomène.


Pour l’IFRI(0), la crise de la Covid-19 a d’autre part joué un rôle d’accélérateur pour la transformation du secteur automobile en modifiant les comportements. 79 % des conducteurs préfèrent aujourd’hui la sécurité et le confort de leur voiture aux transports en commun(0).


Au-delà, le contexte de pandémie a renforcé la volonté des conducteurs d’adopter une mobilité plus respectueuse de l’environnement : pour 53 %, les bouleversements liés à la crise sanitaire ont provoqué une véritable prise de conscience vis-à-vis des enjeux climatiques(0). 47 % se disent ainsi plus enclins à passer à un véhicule zéro émission pour réduire leur empreinte carbone(0).


Cet éveil des consciences se joue aussi dans le domaine des utilitaires : 47 % s’inquiètent de la pollution et de l’excédent de trafic généré par le développement des activités de livraison(0). En réponse à cette inquiétude, un passage massif des véhicules utilitaires légers à l’électrique est en train de s’opérer.


Maintenance, entretien et vérifications périodiques des véhicules électriques et hybrides


Un entretien spécifique pour les véhicules électriques ou hybrides


En passe de devenir un marché de masse, la mobilité électrique révolutionne les méthodes d’entretien et de maintenance des voitures pour les garagistes. En effet, si certains éléments mécaniques des véhicules électriques et hybrides nécessitent un entretien similaire aux véhicules thermiques (amortisseurs, direction, suspensions, pneumatiques, système de filtrage et de climatisation, éclairage, transmission, freins), c’est surtout dans la technologie des voitures électriques et hybrides que réside la principale différence avec les véhicules thermiques :

  • Le moteur électrique en lui-même ;

  • Les batteries électriques rechargeables, en constante évolution. Pièces clés du véhicule électrique, ces batteries sophistiquées, au lithium-ion ou au lithium-métal-polymère, sont gérées par l'électronique de bord ;

  • L’électronique des véhicules électriques, qui gère à la fois la puissance et la régulation de la décharge et de la charge.


Très avancées, ces technologies nécessitent un entretien spécifique. Pour tous ces travaux sous tension, et notamment ceux liés à la motorisation réalisés sous de fortes tensions et intensités électriques (de 400 à 700 volts), une méthode rigoureuse et des consignes de sécurité sont à respecter scrupuleusement en raison des risques d’électrocution importants, voire de brûlures.


Véhicules électriques ou hybrides : formation, habilitations et équipements obligatoires


Les spécificités de ces technologies électriques et hybrides demandent une expertise et un savoir-faire rigoureux en matière d’entretien automobile et de manipulation des circuits électriques. Sensiblement différent de celui d’un véhicule thermique, l’entretien d’une voiture hybride ou électrique doit être réalisé par un professionnel agréé. Au-delà des travaux sous-tension, la maîtrise de l’appareil de diagnostic électronique est nécessaire pour dépister des dysfonctionnements, et ainsi veiller aux réparations nécessaires.


Professionnels de la réparation et de l’entretien automobile, votre garage doit posséder les différents agréments nécessaires pour intervenir de manière sécurisée et fiable sur les systèmes électriques et hybrides. Une formation est exigée pour effectuer des interventions sur l’environnement moteurs, ainsi que sur les parties mécaniques et électriques périphériques des voitures. Réglementairement, la détention de différents niveaux d’habilitations est nécessaire suivant les types de travaux à effectuer et la tension de l’environnement, même pour changer des plaquettes de freins sur une voiture hybride ou pour mettre le véhicule sur un plateau en cas de panne.


L’habilitation électrique est classée par domaine de tension selon les deux premières lettres de son indice (TB pour très basse tension, BT pour basse tension et HT pour haute tension) et par le type d’opération et la qualité de la personne travaillant sur le véhicule (chiffre compris de 0 à 2 ou lettre) 5 : R (désigne le chargé d’interventions générales) ; C (correspond au chargé de consignation qui effectue la mise hors tension du véhicule pour effectuer des travaux en toute sécurité) ; S (chargé d’interventions élémentaires) ; E (chargé d’opérations spécifiques) ; L (opération sur un véhicule ou un engin à énergie électrique embarquée)(0)...


Obligatoire depuis le 1er juillet 2011(0), l’habilitation électrique désigne, selon le décret n°2010-1118, « la reconnaissance par un employeur de la capacité d’une personne à accomplir les tâches fixées en toute sécurité. » Il vous incombe donc de déterminer l’habilitation électrique de vos employés en fonction des tâches assignées à ces derniers.


Au-delà, votre garage devra également se doter des équipements spécifiques aux travaux sur les hautes tensions et réserver un espace dédié et sécurisé dans l’atelier pour toute intervention sur ce type de véhicule.


Contrôles techniques des véhicules électriques et hybrides


Comme pour toute voiture particulière (citadine, monospace, 4x4, berline…) caractérisée par la dénomination VP sur le certificat d’immatriculation, les règles du contrôle technique s’appliquent aux véhicules électriques et hybrides.  


Le contrôle technique d’une voiture électrique comporte bien entendu les points de contrôles habituels récurrents à tous types de voitures (freins, directions, pneus, feux arrière et avant…), auxquels s’ajoutent 11 éléments de contrôle supplémentaires liés au moteur électrique et à la batterie : contrôle des équipements électriques et électroniques, test des circuits électriques à haute tension ou encore contrôle de la batterie de traction et de son coffre. Sur ces 11 points de contrôle, 8 peuvent mener à une contre-visite si une défaillance majeure ou critique est constatée.


Tous les garages ne peuvent pas réaliser le contrôle technique d’une voiture électrique, celui-ci étant plus dangereux que pour une voiture thermique. En effet, les contrôleurs doivent suivre une formation (technicien de contrôle technique : B2XL Contrôle technique) auprès d’un organisme agréé afin d’être habilités à faire ce contrôle (par exemple le Groupement National pour la Formation Automobile)(0).


Ces opérations de contrôle nécessitent par ailleurs du matériel et un équipement de sécurité spécifiques : équipement de protection individuelle et collective (casque avec visière, gants isolants etc.), outillages et accessoires isolés (douilles, clés dynamométriques, pinces, etc.), signalisations et condamnations de la zone de travail, contrôles et mesures basse tension (vérificateur d’absence de tension et détecteur de tension, thermomètre infrarouge, etc.). Tous les outils utilisés doivent être isolés selon la norme NF EN 60900/CE16090, c’est-à-dire testés à 1 000 volts en courant alternatif ou 1 500 volts en continu(0)


Évolution des risques pour les Professionnels de l’Automobile


Vous l’aurez compris, l’utilisation et surtout la maintenance des véhicules à propulsion électrique entraînent des risques différents de ceux associés aux véhicules à moteur thermique. À commencer par le risque électrique.


Si tous les véhicules disposent d’une batterie de servitude de faible tension (nécessaire à l’allumage des voyants, feux, etc.), quelle que soit l’énergie motrice, les véhicules électriques disposent, eux, d’une batterie de traction particulièrement puissante (de 400 à 700 volts) pouvant conduire à un risque d’électrisation, voire d’électrocution.


D’autres risques, comme le court-circuit ou le dégagement gazeux de composés dangereux, sont également à considérer et peuvent être à l’origine de blessures graves sur votre collaborateur ou apprenti : brûlures externes, expositions par inhalation et par contact cutané… Sans compter le risque d’incendie et d’explosion inhérent à ce type de manipulations (formation d’atmosphères explosives, création d’une source d’inflammation, départ d’incendie, projection de matière enflammée, etc.)(0).


Autre caractéristique des batteries de traction : leur poids important, qui peut aller jusqu’à plusieurs centaines de kilos. Leur manutention peut engendrer des risques de troubles musculo-squelettiques (douleurs au dos ou des membres supérieurs) qu’il convient également de prévenir avec l’utilisation d’équipements adaptés(0).


D’une manière générale, vous devez en tant qu’employeur vous insérer dans une démarche globale de prévention des risques dans votre garage et inclure l’analyse de votre activité et la mise à disposition du matériel permettant d’assurer sa sécurité.


Les solutions d’assurance du contrat multirisque des professionnels de l’automobile de Groupama


Face à l’évolution des méthodes de travail, aux investissements matériels réalisés, aux coûts de l’embauche ou de la formation de personnels qualifiés pour pouvoir offrir la prestation de service attendue par votre clientèle, il est nécessaire de vérifier que votre couverture d’assurance professionnelle soit en adéquation avec votre activité, son évolution, et corresponde à vos besoins.


L’offre d’assurance des professionnels de l’automobile de Groupama répond à ces besoins.


Elle couvre non seulement votre responsabilité civile professionnelle, et notamment les conséquences pécuniaires d’une erreur commise dans le cadre des opérations que vous avez réalisées sur l’un des véhicules qui vous ont été confiés, mais aussi les dommages subis par vos locaux, votre matériel professionnels, et vos véhicules.

Les risques de la responsabilité civile ou des dommages liés aux bornes de recharges électriques sont également couverts par le contrat.

Assuré Groupama

La « garantie environnementale » prévue dans le contrat d’assurance multirisque des Professionnels de l’Automobile de Groupama comprend également la garantie du préjudice écologique pour couvrir les conséquences pécuniaires de la Responsabilité Civile que vous pouvez encourir en raison d’un préjudice écologique qui surviendrait en cours d’exploitation ou d’exécution de travaux.

Pour faire face aux conséquences de l’absence d’un collaborateur clé, la garantie « Solutions RH » du contrat d’assurance multirisque des Professionnels de l’Automobile de Groupama vous permet en outre d’être indemnisé pour les frais additionnels que vous engagez pour compenser l’interruption partielle ou totale de votre activité, suite à un accident corporel ou une maladie avec hospitalisation dont vous ou l’un de vos collaborateurs désignés au contrat pourriez être victime.


La garantie couvre, dans la limite des sommes indiquées aux Conditions Particulières, les frais supplémentaires nécessités par l’emploi d’un remplaçant qualifié, les frais de sous-traitance, les heures supplémentaires, la rétrocession d’honoraires.

Assuré Groupama

Groupama garantit également le remboursement des frais d’intérim (frais de main d’œuvre, de remplacement ou de sous-traitance) nécessaires pour honorer une commande si vous êtes contraint de vous absenter à la suite du décès d’un parent (conjoint, ascendant, descendant) ou d’un employé.

Nos conseillers à l'écoute pour vous aider

  • Multirisque des professionnels de l'auto

    Auto

    Assurance multirisque des professionnels de l’automobile

    L’assurance multirisque des professionnels de l’automobile de Groupama vous protège et assure votre activité en un seul contrat d’assurance (dont la responsabilité civile professionnelle).

    Découvrir notre offre

Tous nos conseils pour les professionnels et entreprises

Mentions légales et informatives

Pour les conditions et les limites des garanties et des services présentés, se reporter au contrat.

Contenu publié le 04/05/2021