Groupama protège votre vie privée

Lorsque vous naviguez sur notre site, nous recueillons des informations pour mesurer l’audience, améliorer notre site, interagir avec vous et vous présenter des offres personnalisées. En les autorisant, votre navigation sera simplifiée.

Vous avez le droit de changer d’avis à tout moment en cliquant sur « Gérer mes cookies » en bas de chaque page Groupama.fr

Management de l’énergie : entreprises, comment optimiser vos consommations d’énergie durablement ?

Essence, électricité, gaz… Les prix de l’énergie explosent et pèsent de plus en plus lourdement sur les dépenses générales de votre entreprise. Dans le même temps, le dernier constat alarmant du Giec sur le changement climatique exhorte tout un chacun à réduire son impact sur l’environnement. Chefs d’entreprise et professionnels, une partie des réponses à ces problématiques réside dans l’efficacité et la sobriété énergétique, ainsi que la décarbonation de votre activité. Zoom sur les actions à mettre en œuvre pour améliorer durablement la performance énergétique de votre entreprise, préserver votre trésorerie et la planète.

immersive-management-energie

La crise énergétique et le défi climatique poussent à la sobriété


33,1 %. C'est la hausse annuelle record des tarifs de l'énergie mesurée en juin par l'Insee(1). Gaz, électricité, mais aussi tous les produits issus du pétrole (fioul, diesel, gazole)… les prix de l’énergie, en constante augmentation depuis plusieurs mois, flambent. En cause : à la hausse de la demande mondiale, tirée par la reprise économique post-pandémie, s'ajoutent les conséquences de la guerre en Ukraine.


Parallèlement, le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) fait état, dans son dernier rapport(2), d’un délai de 3 ans pour éviter les pires effets du changement climatique. Les émissions de gaz à effet de serre doivent atteindre leur maximum avant 2025, sans quoi les événements indésirables liés au réchauffement climatique se multiplieront de façon exponentielle.


Nombreuses sont les solutions et adaptations à la portée des entreprises pour faire face à ces bouleversements. D’autant qu’elles ont prouvé leur rentabilité, y compris pour les PME/TPE.


Management de l’énergie : de l’audit énergétique à la certification ISO 50001


Face à la hausse du prix de l’énergie et aux effets du changement climatique, l’énergie devient une matière première à gérer et un centre de frais qu’il ne faut plus subir, mais maîtriser. Chefs d’entreprises et professionnels, vous souhaitez réaliser des économies et vous inscrire dans un mode de consommations d’énergie plus respectueux de l’environnement ?


En adoptant un système de management de l'énergie, structurez votre démarche en vous donnant les moyens de connaître, d'analyser et de suivre votre consommation énergétique, d'identifier les gaspillages et d'explorer les économies d'énergie possibles dans le cadre de vos activités.


L’audit énergétique réglementaire


Première étape dans la mise en place d’un système de management de l’énergie, l’audit énergétique vise l’amélioration de la performance énergétique de votre entreprise en vous donnant une vision précise de vos consommations. Un diagnostic qui vous permettra d’identifier des leviers d’action afin d’économiser entre 10 et 25% de gains potentiels sur la facture énergétique annuelle de votre entreprise(3).


Pour répondre aux exigences réglementaires, le rapport d’audit énergétique doit comporter :

  • Un bilan des consommations d’énergie pour chaque usage énergétique (électricité, gaz, fioul, carburant…) ;

  • Une liste d’actions visant à améliorer l’efficacité énergétique ;

  • Des indicateurs chiffrés correspondant aux coûts des travaux, avec les économies d’énergie réalisables et le temps de retour sur investissement ;

  • Au total, au moins 80 % de la facture énergétique globale de l’entreprise doit être couverte par l’audit.


À savoir

L’audit réglementaire suivant les exigences des normes NF EN 16247 est obligatoire pour les entreprises employant plus de 250 salariés et réalisant plus de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires et un bilan supérieur à 43 millions d’euros durant deux années consécutives(4). Devant être réalisé par un auditeur accrédité par le Comité français d'accréditation (Cofrac), il est à renouveler tous les 4 ans auprès de l’ADEME(5).

La certification ISO 50001


Vous souhaitez aller plus loin dans votre démarche de sobriété énergétique ? Avec la mise en place de la norme ISO 50001, qui repose quant à elle sur une démarche volontaire, les constats issus de l’audit énergétique vont se concrétiser dans des plans d’actions structurés et l’amélioration des pratiques de manière pérenne.


Les principales étapes de la certification ISO 50001 :

  • Définition du projet de Management de l’Énergie ;

  • Réalisation de l’audit par phases successives et montage de votre dossier sur la base d’une année plein des remontées identifiées ;

  • Validation et audit de certification par l’AFNOR(6) ;

  • Suivi et préconisations des actions à mener ou ajuster dans le temps ;

  • Renouvellement de la certification tous les deux ans.


Vous serez accompagné par un organisme certifié dans la mise en œuvre du processus jusqu’à la certification. Les actions et initiatives pouvant être engagées pour pouvoir à terme en mesurer les bénéfices concrets, tant d’un point de vue écologique qu’économique, sont multiples.

À savoir

Les entreprises déjà engagées dans une démarche d’amélioration de la performance énergétique et certifiées ISO 50001 sur au moins 80 % de leur facture énergétique sont exemptées de l’audit réglementaire 16247.

Management de l’énergie : moderniser vos infrastructures et bâtiments


Les infrastructures et bâtiments sont responsables d’importantes émissions de gaz à effet de serre et ont un pouvoir de réchauffement global (PRG) conséquent.


Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) les plus impactantes proviennent des systèmes de climatisation et à l’utilisation de fluides frigorigènes. Selon l’ADEME, les fluides frigorigènes ont un pouvoir de réchauffement deux fois plus élevé que les émissions liées à la consommation d'électricité, et entre 1 300 et 3 260 fois plus élevé que le CO2. Les émissions de CO2 sont également souvent la conséquence d’un chauffage excessif, généralement lié à une mauvaise isolation des bâtiments.


Au-delà de leur impact sur le climat, ces consommations d’énergie ont des répercussions sur votre trésorerie. Par exemple, le chauffage représente plus de 50 % de la dépense en énergie des bureaux, notamment dans les bâtiments anciens(7).


Pour réduire significativement vos factures de gaz/électricité et vos émissions de gaz à effet de serre dues à la (sur)consommation de l’énergie utilisée pour chauffer ou rafraîchir vos locaux, des travaux de modernisation et de rénovation de vos infrastructures énergivores peuvent s’avérer nécessaires.


Une meilleure isolation thermique de vos bâtiments et de certains points singuliers au niveau du réseau de chauffage peut y contribuer. En évitant les fuites de chaleur et en traitant efficacement les ponts thermiques(8) l'hiver, l’isolation thermique par l’extérieur de vos bâtiments permet par exemple de réduire de 30% les déperditions de chaleur et de réduire de ce même chiffre le bilan carbone de votre entreprise(3). Une isolation thermique performante permet également de lutter contre l’entrée d’air chaud lors des périodes estivales. Opter pour des installations réduisant les dépenses d’énergie (double vitrage, pompe à chaleur…) est en outre également fortement recommandé.


Privilégier les énergies renouvelables, en installant par exemple des panneaux photovoltaïques en toiture ou des ombrières solaires de parking, peut aussi vous aider à réduire vos dépenses d’énergie et à limiter votre impact sur l’environnement. Vous pouvez aussi remplacer votre chaudière par une pompe à chaleur, moins énergivore. Plus accessible, la chaleur des ordinateurs et connexions au réseau peut quant à elle être réemployée en interne pour chauffer vos locaux, au même titre que celle des cheminées dans les usines.


Au-delà des obligations réglementaires à respecter en termes de sécurité, ces aménagements et investissements doivent être déclarés à votre assureur. Une mise à jour de votre contrat d’assurance multirisque professionnelle peut s’avérer en effet nécessaire du fait d’une évolution des risques ou des capitaux à assurer.


Management de l’énergie : favoriser l’éco-mobilité


Autre levier d’action pouvant être identifié dans le cadre de l’audit énergétique ou de la certification ISO 500001 : le transport, qui constitue un poste conséquent de dépenses (consommations de carburant, entretien des véhicules, arrêts de travail suite à un accident…) et une source importante d’émissions polluantes. Si votre entreprise possède un véhicule ou un parc automobile, l’éco-mobilité sera une étape clé pour améliorer votre empreinte carbone, votre maîtrise des coûts, votre sécurité et celle de vos salariés.


Former vos salariés à l’éco-conduite


La formation à l’éco-conduite est une solution accessible pour limiter les risques et les coûts liés à l’utilisation de votre parc automobile. En effet, favoriser les bons comportements au volant et adopter une conduite sûre, respectueuse des autres et du véhicule confié, permet non seulement à votre entreprise de réaliser des économies sur les coûts associés à son parc de véhicules (réduction des coûts de carburant, d’entretien et de réparation des véhicules liés à la sinistralité…), mais également de réduire son impact sur l’environnement et l’exposition de vos salariés aux risques d’accidents.

Assuré Groupama

Avec ses partenaires spécialistes, Groupama vous propose une démarche de prévention et de formation aux risques routiers adaptée aux besoins de votre entreprise, de son activité et des caractéristiques de son parc automobile. En réduisant son exposition aux risques routiers, vous diminuerez les coûts liés à sa flotte, tout en réduisant son empreinte carbone.

Accompagner la mutation de votre parc automobile


En tant que chef d’entreprise, vous pouvez bénéficier aujourd’hui d’incitations qui vous permettent de remplacer progressivement votre parc automobile, en particulier vos véhicules thermiques, par l’adoption de nouveaux véhicules permettant de réduire votre empreinte environnementale et d’alléger vos dépenses. D’autant que des restrictions de circulation pour les véhicules polluants sont imposées peu à peu dans certaines grandes agglomérations.

À savoir

Promulguée et publiée au Journal officiel le 24 août 2021, la loi « Climat et Résilience »(9) prévoit d’étendre les Zones à Faibles Émissions mobilité (ZFE-m) à toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants d’ici à 2024. Leur accès imposera en guise de passe-mobilité, la vignette Crit’Air, selon des modalités variables relevant des collectivités locales. Depuis le 1er juillet 2021, les véhicules des personnes morales (entreprises, sociétés, associations, collectivités) destinés au transport des marchandises (PL et VUL) ayant des vignettes Crit’Air 4, 5 ou non classés ne peuvent ainsi plus ni circuler ni stationner à l’intérieur de certaines agglomérations.

Comme le rappelle la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM)(9), le déploiement du véhicule électrique est une priorité pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050. Chefs d’entreprise, depuis juin 2020, vous pouvez profiter d’avantages fiscaux en cas d’acquisition de véhicules électriques et/ou hybrides grâce au bonus écologique.

À savoir

La Loi d’Orientation des Mobilités (LOM)(10) impose d’intégrer une part plus importante de « véhicules verts » dans la flotte des entreprises ayant un parc de plus de 100 véhicules(11).

Afin de pouvoir recharger facilement vos véhicules électriques et hybrides, vous pouvez faire installer par un professionnel certifié des bornes de recharge sur le parking de votre entreprise et/ou équiper vos salariés à leur domicile. Pensez à mettre à jour votre assurance multirisque professionnelle Groupama pour être couvert en cas de sinistre lié à la pose ou à l’utilisation de ces bornes.


Les solutions alternatives pour transformer votre parc automobile


Que votre entreprise possède un ou plusieurs véhicules, leur renouvellement est source de coûts importants. Professionnels, d’autres solutions, moins onéreuses et tout aussi écologiques, existent.


Autorisé en France depuis le 13 mars 2020(12), le rétrofit est une pratique alternative qui consiste à transformer vos véhicules essence ou diesel en véhicule tout électrique, en remplaçant la mécanique d’origine par un moteur électrique et des batteries. Cette transformation doit impérativement être effectuée par des professionnels qualifiés ayant obtenu l’autorisation d’homologation et respectant un cahier des charges très strict issu de la règlementation.


Autre solution de mobilité durable : la conversion de vos véhicules essence aux biocarburants (superéthanol E85, GNV, GPL, hydrogène), par l’installation d’un boîtier ou d’un kit permettant de modifier le système d’injection. Ces boîtiers de conversion doivent être homologués par l’État et posés par des installateurs agréés.

Assuré Groupama

Toute évolution concernant vos véhicules ou leur remplacement doit être signalée à votre assureur pour bénéficier d’une couverture adéquate. Professionnels, l’assurance auto professionnelle de Groupama est la garantie d’une protection et de services adaptés pour faciliter la continuité de votre activité. Votre entreprise possède un parc d’au moins 4 véhicules automoteurs ? Groupama vous propose également une offre adaptée pour l'assurance de votre flotte automobile.

Management de l’énergie : les éco-gestes utiles


Au-delà de ces investissements plus ou moins importants, nombreux sont les éco-gestes simples à mettre en œuvre au quotidien pour réaliser des économies d’énergie significatives, pouvant aller jusqu’à 20%, et réduire vos émissions de gaz à effet de serre.


Chauffage et climatisation : adaptez la température de vos locaux


En hiver, optimiser vos conditions de chauffage est essentiel pour limiter votre empreinte carbone et la consommation d’énergie de votre entreprise. Baisser la température d’un degré seulement permet de réduire la consommation annuelle en chauffage de votre entreprise de 5 à 10%(13). Aussi, il est conseillé de :

  • Placer des thermomètres dans chaque pièce afin d’avoir un indicateur objectif ;

  • Régler vos thermostats et programmateurs au plus juste ;

  • Adapter sa tenue vestimentaire en fonction des conditions météorologiques (et non le chauffage) ;

  • Éteindre le chauffage avant d’ouvrir les fenêtres ;

  • Éviter de chauffer vos locaux lorsqu’ils sont inoccupés (après 18h, le week-end…).

À savoir

Le niveau de température recommandé par l’ADEME pour les activités de bureau se situe entre 19 et 21 ℃ (elle peut être inférieure dans les sanitaires), entre 10 et 12 ℃ pour les réserves et les archives, de 16°C hors période d’occupation et de 8°C si les lieux sont inoccupés plus de deux jours.

En été, n’abusez pas de la climatisation, qui représente un poste considérable de dépenses en énergie et une source de pollution majeure. Évitez au maximum de l’utiliser en :

  • Préférant la fermeture des fenêtres et des stores à l'utilisation de la climatisation ;

  • Privilégiant l’ouverture des fenêtres aux heures les plus fraîches, par exemple en début de soirée ou tôt dans la matinée, pour rafraîchir vos locaux.

Et si vous ne pouvez pas vous passer de climatisation :

  • Ne réglez pas la climatisation en dessous de 26°C ;

  • Adaptez votre tenue vestimentaire en fonction des conditions météorologique ;

  • Couper la climatisation en période d'inoccupation (soir, week-end, jours fériés...).


Optimisez votre consommation électrique


L’éclairage est un poste sur lequel des économies d’énergies peuvent être faciles à obtenir. Pour cela, vous pouvez par exemple :

  • Éteindre l’éclairage intérieur des bâtiments la nuit, le week-end et lors des périodes de fermeture ;

  • Améliorer son efficacité, en remplaçant vos ampoules par des solutions LED ou en équipant vos sites d’éclairage basse consommation ;

  • Installer des détecteurs de présence, pour vous assurer que les lumières dans les pièces restent éteintes lorsqu’elles sont inoccupées, et des capteurs de luminosité pour profiter d'un éclairage qui s'ajuste en fonction de la lumière ambiante ;

  • Limiter l’éclairage extérieur, notamment publicitaire, et l’éteindre au plus tard à 1h conformément à la réglementation(14).

Vous pouvez également réduire la consommation d’énergie de vos appareils électriques et informatiques, en remplaçant vos matériels et équipements énergivores. Que ce soit pour l’achat d’ordinateurs (fixes ou portables), d’imprimantes, ou même d’un réfrigérateur pour votre cuisine d’entreprise, privilégiez les appareils dotés d’une bonne classe énergétique.

À savoir

Optez plutôt pour l’achat d’ordinateurs portables plutôt que d’ordinateurs fixes. Les ordinateurs portables consomment en effet entre 50 et 80 % d’énergie de moins(15).

Dans tous les cas, veillez à en optimiser l’utilisation en :

  • Paramétrant la veille de vos ordinateurs et écrans après un certain temps d’inactivité et en veillant à ce qu’ils soient complètement éteints lorsqu’ils ne sont pas utilisés (le soir, le week-end, voire le midi) ;

  • Débranchant les chargeurs non utilisés (smartphone, ordinateur portable…) ;

  • Limitant la luminosité de vos écrans ;

  • Réduisant ou arrêtant les systèmes audiovisuels non indispensables, tels que les projecteurs ou écrans des halls d’accueil ou des cafétérias.


À savoir

La Gestion Technique du Bâtiment (GTB) et la Gestion Technique Centralisée (GTC) peuvent s’avérer utiles pour optimiser vos dépenses énergétiques. La GTC permet de contrôler toutes les installations techniques d’un domaine technique, tel que l’électricité par exemple : l’éclairage, la détection de présence, les alarmes techniques au niveau des armoires électriques, etc. La GTB est un dispositif plus global permettant de gérer l’ensemble des domaines techniques d’un même bâtiment. À travers un logiciel de pilotage, elle permet d’assurer le contrôle à distance d’un bâtiment et de superviser l’ensemble des équipements installés.

Minimisez l’impact écologique du numérique


Dans le monde, près de 319 milliards d’e-mails sont échangés chaque jour(16). Pour réduire leur impact environnemental, vous pouvez appliquer quelques éco-gestes dans vos pratiques digitales, tels que :


  • Trier et nettoyer régulièrement vos boîtes de messagerie, en supprimant les e-mails inutiles et en vidant la corbeille ;

  • Éviter d’envoyer des pièces jointes trop lourdes ;

  • Limiter le nombre de destinataires des e-mails ;


Sans oublier d’adopter une navigation responsable sur Internet :

  • Fermer les onglets et les programmes non utilisés ;

  • Enregistrer les adresses les plus utilisées en raccourci ou en favoris et être précis lors de recherches sur les navigateurs, afin de solliciter au minimum les serveurs des moteurs de recherche.


Sensibiliser vos salariés aux économies d’énergie


Éteindre son ordinateur le soir ou la lumière en sortant d’une pièce, trier sa messagerie… réduire la consommation d’énergie de votre entreprise ne peut s’effectuer sans une implication quotidienne de vos salariés.


Pour les faire adhérer à votre démarche d’efficacité énergétique et les inciter à modifier leurs comportements, il est essentiel de les sensibiliser à la démarche de décarbonation que vous souhaitez instaurer au sein de votre entreprise. Pensez à organiser régulièrement des actions de sensibilisation, de façon à diffuser les bonnes pratiques environnementales et éco-gestes au quotidien.


En matière de maîtrise de l’énergie, chaque entreprise a ses spécificités. Quels que soient les investissements et adaptations réalisés, ils influent certainement sur votre couverture d’assurance. Pensez à actualiser vos contrats d'assurance et à adapter votre niveau de couverture à votre nouvelle situation. Un défaut de mise à jour de vos contrats peut vite engendrer un risque financier qui pourrait menacer la pérennité de votre entreprise…

Nos conseillers à l'écoute pour vous aider

Découvrir nos assurances multirisques adaptées aux besoins de votre entreprise

  • MRP-rebond

    Pros & TPE

    Assurance multirisque professionnelle

    Si vous êtes un artisan ou une TPE, profitez d’un contrat adapté pour couvrir vos responsabilités, vos locaux et votre outil de travail.

    Découvrir notre offre

Tous nos conseils pour les professionnels et entreprises

Mentions légales et informatives

Pour les conditions et les limites des garanties et des services présentés, se reporter au contrat ou voir auprès de votre conseiller Groupama.

(1) Selon l’indice des prix à la consommation de l’Insee - juin 2022.
(2) Rapport d’évaluation du Giec du 4 avril 2022.
(3) Source : ADEME.
(4) Selon la loi n° 2013-619 du 16 juillet 2013 et les articles R. 233-1 et R. 233-2 du code de l’énergie, en accord avec les obligations de la directive européenne 2012/27/UE relative à l’efficacité énergétique.
(5) Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.
(6) L’Association Française de NORmalisation.
(7) Source : Agence de la transition écologique / ADEME Expertises, « Entreprises et monde agricole, Le chauffage ».
(8) Zone de jonction (entre le sol et le mur, entre la façade et la toiture, entre le mur et un ouvrant) où l'isolation est défaillante.
(9) Loi n° 2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets.
(10) Loi n° 2019-1428 du 24 décembre 2019.
(11) Cette mesure concerne les renouvellements de flottes à compter du 1er janvier 2022.
(12) Arrêté du 13 mars 2020 relatif aux conditions de transformation des véhicules à motorisation thermique en motorisation électrique à batterie ou à pile à combustible.
(13) Source : Agence de la transition écologique / ADEME Expertises, « Le chauffage : le saviez-vous ? ».
(14) Arrêté du 27 décembre 2018 relatif à la prévention, à la réduction et à la limitation des nuisances lumineuses [JORF du 28 décembre 2018].
(15) Source : Agence de la transition écologique / ADEME Expertises, « Les bons gestes des entreprises pour économiser de l’énergie en hiver ».
(16) En 2021 selon Statista, l'un des principaux fournisseurs de données sur les marchés et les consommateurs.

Contenu publié le 25/07/2022