Groupama protège votre vie privée

Lorsque vous naviguez sur notre site, nous recueillons des informations pour mesurer l’audience, améliorer notre site, interagir avec vous et vous présenter des offres personnalisées. En les autorisant, votre navigation sera simplifiée.

Vous avez le droit de changer d’avis à tout moment en cliquant sur « Gérer mes cookies » en bas de chaque page Groupama.fr

Arrêt maladie et préavis : quelles règles pour un cadre salarié ?

Cadre salarié, vous tombez malade alors que vous êtes sur le point de quitter votre entreprise ? Versement des indemnités journalières, report ou non des jours de préavis, possibilité de dispense de préavis : découvrez les règles qui s’appliquent quand un arrêt maladie intervient pendant le préavis de fin de contrat de travail.

Congés payés arrêt maladie

Peut-on percevoir des indemnités lors d’un arrêt maladie pendant un préavis ?


Si un arrêt maladie est prescrit pendant un préavis de fin de contrat de travail, l’éligibilité aux indemnités d’arrêt de travail est inchangée. Les indemnités de fin de contrat restent également dues.

Les indemnités d’arrêt maladie


Si votre préavis et un arrêt de travail interviennent simultanément, vous percevez des indemnités journalières de la sécurité sociale, à condition d’avoir suffisamment travaillé ou cotisé avant le début de votre arrêt. Vous avez également droit à une indemnité complémentaire versée par votre employeur si vous avez au moins un an d’ancienneté dans votre entreprise, entre autres conditions.


Le montant et les modalités de règlement de ces indemnités sont les mêmes qu’en cours de contrat (hors période de préavis). Les indemnités journalières de l’Assurance maladie s’élèvent à 50 % de votre salaire journalier de base, calculé à partir de vos trois dernières fiches de paie. Elles sont versées après un délai de carence de trois jours. L’indemnité complémentaire de votre employeur s’ajoute à vos indemnités journalières. Elle vous permet de toucher 90 % de votre rémunération pendant les 30 à 90 premiers jours d’arrêt, puis 66,66 % durant les 30 à 90 jours suivants (selon votre ancienneté). Son versement commence après sept jours de carence.


Comme pour tout arrêt (intervenant en période de préavis ou non), votre organisme de sécurité sociale et votre employeur peuvent contrôler votre arrêt maladie.


Concernant les soins médicaux nécessités par votre état de santé, ceux-ci sont remboursés selon les conditions habituelles par votre caisse primaire d’Assurance maladie ou caisse de MSA, et votre mutuelle santé.

Les indemnités de fin de contrat


Que vous soyez signataire d’un contrat à durée indéterminée ou à durée déterminée, une indemnité compensatrice de congés payés vous est due au moment de la rupture du contrat de travail. Cette somme vise à indemniser les jours de congés que vous avez acquis, mais dont vous n’avez pas pu bénéficier avant votre arrêt maladie et la fin de votre contrat.


En cas de rupture conventionnelle ou de licenciement, une indemnité de rupture conventionnelle ou une indemnité de licenciement vous est versée. Sauf dans le cas d’un licenciement pour faute grave ou lourde : l’indemnité de licenciement n’est alors pas due, sauf si des dispositions conventionnelles le prévoient.

À savoir

L’ensemble des sommes que vous percevez en cas de rupture de votre contrat sont répertoriées dans votre solde de tout compte. Ce document vous est remis par votre employeur en main propre ou vous est envoyé par lettre recommandée avec accusé de réception à la fin de votre contrat.

Le préavis de fin de contrat est-il allongé en cas d’arrêt maladie ?


Si le médecin vous prescrit un arrêt maladie pendant votre préavis de démission, cela ne modifie pas votre période de fin de contrat. Votre délai de préavis continue de courir et votre contrat se termine à la date prévue. Si votre arrêt s’achève avant la fin de votre préavis, vous êtes tenu de revenir travailler durant les jours qu’il reste avant que votre contrat soit rompu.


Ces dispositions sont identiques si vous vous retrouvez en arrêt maladie durant un préavis de licenciement.

À savoir

Arrêt maladie et Pôle Emploi ? Si votre arrêt est encore en cours après votre préavis, vous devez attendre qu’il se termine pour vous inscrire en tant que demandeur d’emploi. En effet, l’inscription à Pôle emploi n’est pas possible pendant un arrêt maladie.

Que se passe-t-il si un arrêt pour maladie professionnelle est prescrit durant le préavis ?


Contrairement à l’arrêt maladie ordinaire, l’arrêt de travail pour maladie professionnelle interrompt la durée du préavis et entraîne le report des jours qui restent avant la fin effective du contrat. Si un arrêt pour maladie professionnelle intervient pendant votre préavis, celui-ci est donc prolongé du nombre de jours compris dans l’arrêt.


Un arrêt de travail pour maladie professionnelle peut vous être prescrit si vous êtes touché par une pathologie invalidante, directement en lien avec la pratique de votre travail. Il peut s’agir de troubles musculosquelettiques ayant pour origine les gestes et les postures nécessités par votre emploi, ou encore de problèmes respiratoires causés par un environnement de travail poussiéreux. Les arrêts maladie pour burn-out peuvent, dans certains cas, être reconnus comme des arrêts pour maladie professionnelle.

Que se passe-t-il si un arrêt pour accident du travail survient pendant le préavis ?


En cas d’arrêt pour accident du travail pendant un préavis, la durée du préavis est prolongée, dans les mêmes conditions que pour un arrêt pour maladie professionnelle.


Un accident du travail est un accident qui intervient dans le cadre de votre activité professionnelle, dont vous gardez un dommage physique ou psychologique. Il se distingue de la maladie professionnelle par son caractère soudain et imprévu.

L’arrêt de travail et la dispense de préavis : quelles sont les règles ?


Si votre médecin vous met en arrêt maladie pendant votre préavis de démission ou de licenciement, votre employeur peut décider de vous dispenser de la durée restante de votre préavis. Comme votre employeur est à l’origine de la dispense de préavis, il est tenu de vous verser une indemnité compensatrice de préavis, sauf si vous êtes licencié pour faute grave ou lourde. Le montant de l’indemnité compensatrice de préavis correspond à la rémunération que vous auriez touchée si vous aviez travaillé jusqu’à la fin de votre préavis. Cette somme est cumulable avec les indemnités journalières de la sécurité sociale.


En cas de désaccord avec votre employeur, notamment concernant le montant de votre indemnité compensatrice de préavis, il est possible de saisir le conseil des prud’hommes.


Lors de la résiliation de votre contrat de travail, vous pouvez vous-même demander à être dispensé de préavis. Votre employeur peut accepter votre requête, mais il n’est pas obligé de vous verser d’indemnité compensatrice.


Comme le précise le Code du travail, l’indemnité compensatrice de préavis est cumulable avec l’indemnité compensatrice de congés payés et l’indemnité de licenciement.

Que se passe-t-il en cas de démission ou de licenciement en cours d’arrêt maladie ?


Il est possible que votre contrat de travail soit rompu alors que vous êtes déjà en arrêt maladie. En effet, vous pouvez démissionner ou être licencié en cours d’arrêt (sous conditions).


Votre préavis démarre normalement, c’est-à-dire à partir du moment où votre employeur reçoit la notification de votre démission, ou lorsque vous réceptionnez votre lettre de licenciement. Si votre arrêt se termine avant la fin du préavis, vous devez reprendre votre poste jusqu’à la rupture effective de votre contrat.


La durée de votre préavis n’est pas prolongée, hors maladie professionnelle ou accident du travail. Votre employeur peut décider de vous dispenser de préavis. Dans ce cas, il doit vous régler une indemnité compensatrice, à hauteur du salaire que vous auriez touché si vous aviez travaillé pendant votre préavis.

Assuré Groupama

Restez protégé en cas de maladie ou d’accident, que ce soit au cours d’un contrat de travail, en période de préavis ou pendant votre inscription au chômage. Notre mutuelle Groupama Santé Active vous permet de choisir entre 5 niveaux de remboursement pour vos soins médicaux. Vous profitez également de plusieurs avantages comme des téléconsultations incluses dans votre contrat et une aide à domicile si vous êtes immobilisé de façon prolongée(1).

Simulez votre tarif santé gratuitement en 3 minutes

Découvrez notre offre mutuelle santé

  • Cerise téléconsultation rebond

    Santé

    Mutuelle santé

    Pour de solides remboursements de vos frais de santé, même de certaines dépenses de soins non prises en charge par la sécurité sociale (médecine douce, implants dentaires…).

    Découvrir l'offre

Toutes nos infos et conseils santé

Mentions légales et informatives

Pour les conditions et les limites des garanties et des services présentés, se reporter au contrat ou voir auprès de votre conseiller Groupama.

(1) Sous conditions.
(2) Du 28 avril au 17 juillet 2022, 50 euros offerts sur la cotisation de la première année d’assurance pour la souscription d’un contrat Groupama Habitation sous réserve d’un montant minimum de souscription de 150 euros TTC ainsi que les frais d’installation de 150 euros offerts à la souscription d’un pack ou d’une formule libre Groupama Box Habitat. Voir conditions en agence, selon les caisses régionales participantes. Chaque contrat peut être souscrit séparément.
(3) Taux de 0,90 % dès 5 000 € empruntés. Prêt remboursable sur 12 mois. Prêt personnel pour financer vos projets. Dans le cadre du prêt personnel Désirio, pour tout projet de 5 000 € empruntés sur 12 mois au Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe de 0,90% (taux débiteur annuel fixe de 0,90%), hors assurances facultatives, vous remboursez 12 mensualités de 418,70 €. Montant total dû : 5 024,40 € (dont 24,40 € d'intérêts et sans frais de dossier). Le montant total dû au titre de l'assurance facultative (pour un client de moins de 65 ans) sur la durée totale du prêt est de 42 €, soit un coût mensuel de 3,50 € s'ajoutant à l'échéance de remboursement et un TAEA (Taux Annuel Effectif de l'Assurance) de 1,57%. Exemple sur la base d’une 1ère échéance à 30 jours. Conditions en vigueur au 2 mai 2022 susceptibles de modification.


Contenu publié le 30/05/2022