Rénovation énergétique : quelles aides financières en 2016 ?

 
Améliorer l'efficacité énergétique de son logement permet de réaliser des économies sur sa facture d'énergie et de vivre dans un environnement plus confortable. En cas de travaux de rénovation énergétique dans son logement, il existe différentes aides financières. Tour d'horizon des principales aides financières en 2016.

Le CITE, Crédit d’impôt transition énergétique

Vous ne pouvez en bénéficier que pour des travaux réalisés dans votre résidence principale, dont la construction remonte à plus de 2 ans. 
  • Vous pouvez déduire de votre revenu imposable un montant égal à 30 % des dépenses engagées, dans la limite de 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple soumis à imposition commune, jusqu’au 31 décembre 2016. Cette somme est majorée de 400 € par personne à charge.
    Les contribuables, qu’ils soient imposables ou pas, peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt.
 
  • Vous pouvez en bénéficier lors de certains travaux d’amélioration énergétique comme une chaudière à condensation, un compteur individuel pour le chauffage, les matériaux d’isolation thermique des parois vitrées… pour consulter la liste exhaustive des équipements et matériaux, cliquez ici ( http://www.renovation-info-service.gouv.fr/mes-aides-financieres)
 
A savoir : depuis le 1er janvier 2015, les professionnels qui se chargent d’installer vos équipements doivent obligatoirement être certifiés RGE. Cela est aussi valable si les travaux sont réalisés par une entreprise sous-traitante Pour trouver le professionnel proche de chez vous, cliquez ici. (http://www.renovation-info-service.gouv.fr/trouvez-un-professionnel)
 
Nouveau : Depuis le 1er mars 2016, le CITE est cumulable avec d’autres aides comme l’éco-prêt à taux zéro ou les aides de l’Anah.
 
À savoir 
Le crédit d’impôt est calculé sur le montant des dépenses éligibles, déduction faite des aides et des subventions reçues par ailleurs. Ainsi, si vous bénéficiez d’une autre aide publique pour l’achat des équipements et des matériaux (conseil régional, conseil général, Anah), le calcul se fera sur le coût de l’équipement déductions faites des aides perçues.
 

L’éco-prêt à taux zéro

  • Vous pouvez en bénéficier principalement dans le cas d’un bouquet de travaux, comme par exemple : l’isolation de votre toiture, le remplacement d’au moins la moitié des fenêtres, l’installation d’une chaudière à haute performance énergétique… cliquez ici pour consulter la liste exhaustive des travaux http://www.renovation-info-service.gouv.fr/mes-aides-financieres
 
  • Vous pouvez emprunter jusqu’à un certain montant, selon votre bouquet de travaux :
 

 

Bouquet de 2 travaux

Bouquet de 3 travaux

Plafonds du prêt

10 000 €

20 000 €

 

C2E, Certificats d’économie d’énergie : ces aides financières existent encore ?

  • Vous pouvez bénéficier, en tant que locataire ou propriétaire, d'une aide des fournisseurs et distributeurs d'énergie, si vous réalisez des travaux d’efficacité énergétique réalisés par un professionnel RGE. Pour trouver le professionnel proche de chez vous, cliquez ici. (http://www.renovation-info-service.gouv.fr/trouvez-un-professionnel)
  • Cette aide est cumulable avec les aides publiques disponibles pour la rénovation énergétique des logements (le CITE, l’éco-prêt à taux zéro…).
      Le logement concerné peut être une résidence principale ou secondaire.
  • Les travaux doivent permettre d'améliorer la performance énergétique de votre habitat. Des exigences de performance sont exigées pour les matériaux et équipements. Ces exigences sont identiques à celles du CITE.


Autres avantages

  • La TVA à taux réduit :
    • Un taux de 5,5% peut être appliqué aux travaux visant l’installation des matériaux et équipement éligibles au crédit d’impôt pour la transition énergétique, le CITE. Vous ne pouvez en bénéficier que pour des travaux réalisés dans votre résidence principale, dont la construction remonte à plus de 2 ans. 
    • Ce taux concerne également les travaux liés à la réalisation de ces travaux ; par exemple : le remplacement des radiateurs et du circuit d’eau chaude suite à l’installation d’une chaudière.
    • Il est de 10% pour ce qui concerne l’achat de matériel et les frais de main d’œuvre relatifs aux autres travaux d’amélioration, hors performance énergétique, pour les logements de plus de 2 ans. 

 

  • Le programme « Habiter Mieux » de l’Anah :
    • Une aide financière et un accompagnement peuvent vous être accordés pour rénover votre logement, à condition qu’ils diminuent fortement les déperditions d’énergie : au minimum 25%.
    • Pour en bénéficier, vos revenus doivent être inférieurs à certains plafonds :
      
Par exemple, pour un couple résidant en Ile de France, avec un revenu :
  • ne dépassant pas 35 382 €* par an, sera considéré comme un ménage modeste. sa subvention est égale à 35 % de ses dépenses liées aux travaux d’amélioration de son habitat, dans la limite de 20 000 € HT.
  • ne dépassant pas 29 066 €*, ce couple serait considéré comme très modeste et sa subvention est égale à 50% du montant de ses dépenses, dans la limite de 20 000 € HT.
*plafond applicable en 2016 à comparer au revenu fiscal de référence (RFR) figurant sur l’avis d’imposition de 2015 (RFR 2014) ou l’avis d’imposition de 2016 s’il est déjà disponible. 
 

Mis à jour le 3 juin 2016