Rénovation énergétique : quelles aides financières en 2017 ?

 
Améliorer l'efficacité énergétique de son logement permet de réaliser des économies sur sa facture d'énergie et de vivre dans un environnement plus confortable. En cas de travaux de rénovation énergétique dans son logement, il existe différentes aides financières. Tour d'horizon des principales aides financières en 2017.
 
 
 

Le CITE, Crédit d’impôt transition énergétique

Bonne nouvelle, ce crédit d'impôt est reconduit en 2017. Pour rappel, le CITE vous fait bénéficier d'une réduction du montant de votre impôt à hauteur de 30 % du coût induit pas vos travaux d'économie d'énergie. 
  • Le CITE est ouvert à tous les contribuables, sans conditions de ressources, pour des travaux réalisés dans leur résidence principale, dont la construction remonte à plus de 2 ans. 
  • Le montant de ce crédit d’impôt est égal à  30% du coût induit par vos travaux, dans la limite d’un certain plafond. Celui-ci est déterminé par votre état civil : le montant des dépenses éligibles est plafonné à 8 000€ pour une personne célibataire, veuve ou divorcée (majoré de 400€ supplémentaire par personne à charge) ou de 16 000€ pour un couple pacsé, marié ou soumis à une imposition commune.
  • Les travaux d’amélioration énergétique concernés doivent répondre à des critères de performance. Parmi la liste, chaudière à condensation, compteur individuel pour le chauffage, matériaux d’isolation thermique des parois vitrées…Consulter la liste exhaustive des équipements et matériaux.
 
 
Attention : depuis le 1er janvier 2015, les professionnels qui se chargent d’installer vos équipements doivent obligatoirement être certifiés RGE. Cela est aussi valable si les travaux sont réalisés par une entreprise sous-traitante. Trouver le professionnel proche de chez vous.
 
A savoir : Depuis le 1er mars 2016, le CITE est cumulable avec d’autres aides comme l’éco-prêt à taux zéro ou les aides de l’Anah.
 
L’éco-prêt à taux zéro
Vous pouvez bénéficier de l'éco-prêt à taux zéro principalement lorsque vous réalisez un bouquet de travaux, combinant au moins deux catégories de travaux éligibles.
Par exemple :
  • l’isolation de la toiture ou des murs extérieurs,
  • le remplacement des portes, fenêtres et porte-fenêtres extérieures,
  • l’installation ou remplacement de systèmes de chauffage (associés le cas échéant à des systèmes de ventilation performants) ou de production d'eau chaude sanitaire performants.
 
Consulter la liste exhaustive des travaux concernés. 
 

Montant maximal et durée du prêt par type de travaux :
 

 

Action simple

Bouquet de travaux

-

2 travaux

3 travaux ou plus

Montant maximal de prêt par logement

10 000 €

20 000 €

30 000 €

Durée maximale du prêt

10 ans

10 ans

15 ans

 
 
Depuis le 1er juillet 2016, il est possible de demander un second éco-prêt pour effectuer de nouveaux travaux de rénovation dans votre logement.
En cas de demande d’un éco-prêt complémentaire, le cumul des deux prêts ne doit pas dépasser 30 000 euros.

C2E, Certificats d’économie d’énergie : ces aides financières existent encore ?
Vous pouvez bénéficier, en tant que locataire ou propriétaire, d'une aide des fournisseurs et distributeurs d'énergie, si vous réalisez des travaux d’efficacité énergétique réalisés par un professionnel RGE. Trouver le professionnel proche de chez vous.
 
Cette aide est cumulable avec les aides publiques disponibles pour la rénovation énergétique des logements (le CITE, l’éco-prêt à taux zéro…). Le logement concerné peut être une résidence principale ou secondaire.
 
Les travaux doivent permettre d'améliorer la performance énergétique de votre habitat. Des exigences de performance sont exigées pour les matériaux et équipements. Ces exigences sont identiques à celles du CITE.
 
Autres avantages
1 - La TVA à taux réduit :
Un taux de 5,5% peut être appliqué aux travaux visant l’installation des matériaux et équipement éligibles au crédit d’impôt pour la transition énergétique, le CITE. Vous ne pouvez en bénéficier que pour des travaux réalisés dans votre résidence principale, dont la construction remonte à plus de 2 ans. 
 
Ce taux concerne également les travaux liés à la réalisation de ces travaux ; par exemple : le remplacement des radiateurs et du circuit d’eau chaude suite à l’installation d’une chaudière.
 
Il est de 10% pour ce qui concerne l’achat de matériel et les frais de main d’œuvre relatifs aux autres travaux d’amélioration, hors performance énergétique, pour les logements de plus de 2 ans. 
 
2 - Le programme « Habiter Mieux » de l’Anah 
Une aide financière et un accompagnement peuvent vous être accordés pour rénover votre logement, à condition qu’ils diminuent fortement les déperditions d’énergie : au minimum 25%.
Pour en bénéficier, vos revenus doivent être inférieurs à certains plafonds.
 
Par exemple, pour un couple résidant en Ile de France, avec un revenu :
  • ne dépassant pas 35 382 €* par an, ce couple est considéré comme un ménage modeste. Sa subvention est égale à 35 % de ses dépenses liées aux travaux d’amélioration de son habitat, dans la limite de 7 000 € en 2017.
  • ne dépassant pas 29 066 €*, ce couple sera considéré comme très modeste. Sa subvention est alors égale à 50% du montant de ses dépenses, dans la limite de 10 000 €.
*plafond applicable en 2017 à comparer au revenu fiscal de référence (RFR) figurant sur l’avis d’imposition de 2016 ou l’avis d’imposition de 2017 quand il sera disponible. 
 
Découvrez nos garanties  
faites un devis assurance
 

 

Mis à jour le 4 janvier 2017