Devenir propriétaire : la 1ère étape pour préparer sa retraite

 
Penser à préparer sa retraite, c’est anticiper. La 1ère étape consiste à devenir propriétaire pendant sa vie professionnelle afin que, la retraite venue, le budget logement soit allégé. Pour préparer un achat immobilier et se constituer un apport personnel, l’épargne logement est une solution à étudier de près.
 

Devenir propriétaire pour préparer sa retraite

C’est la première chose à faire pour préparer votre retraite, sauf si vous avez la chance de bénéficier d’un logement qui vous coûte peu… En effet, les charges de logement pèsent lourd dans le budget global d’un ménage. Si vous devenez propriétaire pendant votre vie active, vous n’aurez plus de loyer ou d’emprunt une fois à la retraite. Une dépense en moins alors que vos revenus sont amenés à baisser.
 

Constituer une épargne logement avant de devenir propriétaire(1)

  • Vous vous constituez un capital à votre rythme. C’est un bon moyen pour disposer d’un apport personnel.
  • La rémunération est composée d’intérêts bancaires et, si vous réalisez un prêt épargne logement en utilisant les droits à prêts, d’une prime versée par l’État.
  • Après une période minimale d’épargne, vous obtenez des droits à prêt pour l’achat de votre résidence principale(4).
  • Même si vous n’utilisez pas le prêt, l’épargne logement demeure un placement sans risque, doté d’avantages fiscaux.
 

Les 2 solutions d’épargne logement complémentaires(1)

  • Le PEL(2), Plan d’épargne logement : il offre une rémunération garantie pendant toute la durée du plan et un plafond élevé de dépôts : 61 200 €. En contrepartie, votre épargne est bloquée pendant une durée de 4 ans minimum, pendant laquelle vous devez effectuer des versements réguliers d’au moins 45 € par mois (ou 540 € par an par échéances trimestrielles ou semestrielles). À l’ouverture, le 1er versement minimum est de 225 € ;
  • le CEL(3), Compte épargne logement : les versements sont libres et l’épargne constituée reste disponible. Il faut verser 300 € minimum pour ouvrir un CEL et le plafond est de 15 300 €. Vous n’avez aucune obligation de versements réguliers. En contrepartie, la rémunération du CEL est moins élevée que celle d’un PEL.
 
À savoir
Disposer d’un apport personnel est un atout pour négocier le taux de votre emprunt immobilier auprès de votre banque : plus votre apport personnel est élevé, plus vous aurez de chance d’obtenir un taux de crédit intéressant pour votre prêt immobilier(4).
 
(1) PEL et CEL d’un même titulaire doivent être ouverts dans un même établissement.
(2) Pour les PEL souscrits depuis le 1er août 2016 : votre épargne est rémunérée au taux nominal annuel brut de 1 % (hors prime d’État). En cas de prêt d’épargne logement, le taux brut peut atteindre 2 % incluant le versement d’une prime d’État de 1 %. La prime est accordée après 4 ans minimum d’épargne et conditionnée par la réalisation d’un prêt PEL d’un montant minimum de 5 000 €. La prime d’État est plafonnée à 1 000 € (1 525 € dans le cas d’un logement énergétiquement performant). Les intérêts du PEL sont soumis aux prélèvements sociaux en vigueur dès la première année. Les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu durant les douze premières années du plan. Taux et seuils réglementés, au 1er août 2016, susceptibles de modifications à l’initiative des pouvoirs publics. La durée d’un PEL est comprise en principe entre 4 et 10 ans à compter du versement initial. Tout retrait (anticipé ou non) entraîne la clôture du PEL. La résiliation avant le 4e anniversaire entraîne la perte de tout ou partie des avantages du PEL (droits à prime et droits à prêt notamment). Si le prêt est demandé entre la 3e et la 4e année du PEL, la prime d’épargne versée par l’État est réduite de moitié.
(3) Conditions au 1er février 2016. En l’absence de prêt ou au-delà du plafond de la prime d’État versée en cas de prêt, votre épargne est rémunérée au taux nominal annuel brut de 0,50 %. En cas de prêt épargne logement, une prime d’État, égale à la moitié des intérêts acquis et limitée à 1 144 € par compte, est versée. Les intérêts du CEL sont soumis aux prélèvements sociaux aux taux en vigueur mais pas à l’impôt sur le revenu. Les taux et les seuils applicables sont réglementés et susceptibles de variation par les pouvoirs publics. Epargne disponible à tout moment sous réserve de maintenir un solde minimum de 300 € pour éviter sa cloture.
(4) Aucun versement de quelque nature que ce soit ne peut être exigé d'un particulier avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent.
 

Mis à jour le 1er août 2016