Diagnostic mérule : est-il obligatoire ?

Les insectes xylophages ne sont pas les seuls ennemis des charpentes. La mérule, un champignon mangeur de bois, peut également endommager la structure des poutres et des planches, menaçant à terme la solidité de la construction. C’est pourquoi il est nécessaire d’en détecter rapidement la présence à l’aide d’un diagnostic mérule. Mais comment se déroule un tel diagnostic ? Et fait-il partie des diagnostics obligatoires ?  

immersive-diagnostic-merule

Qu’est-ce qu’un diagnostic mérule ? 


Le diagnostic mérule vise à mettre en évidence la présence du champignon et, le cas échéant, à déterminer la gravité de la situation. Au cours de l’opération, qui doit être réalisée par un professionnel certifié, le diagnostiqueur va minutieusement inspecter l’ensemble des éléments et des ouvrages constituant votre habitation. Il va particulièrement s’attarder sur les zones montrant des signes d’humidité excessive, comme des taches au mur, et sur les parties en bois endommagées. Si besoin, il pourra sonder la charpente, les poutres, le plancher et les autres pièces de menuiserie. Il pourra aussi effectuer des prélèvements qui seront analysés en laboratoire pour confirmer ses observations. 


Le diagnostic mérule est-il obligatoire en cas de vente ? 


Contrairement au diagnostic amiante(0), à l’état parasitaire relatif à la présence de termites(0) ou au diagnostic Loi carrez(0), le diagnostic mérule n’est pas obligatoire lors de la vente de biens immobiliers. Contrairement au diagnostic de performance énergétique (DPE), à l’état d’amiante(0) ou encore au diagnostic termites(0), qui doivent se trouver dans le dossier de diagnostic technique. Toutefois, si vous vendez une maison ou un appartement situés dans une zone à risque (définie par un arrêté préfectoral), vous êtes tenu de fournir à l’acquéreur une note indiquant qu’un risque de mérule existe. Cette démarche est purement informative, et ne constitue pas un état des lieux du bâti. La note est à annexer à la promesse de vente, ou à défaut, à l’acte authentique. 

À savoir

Même si le diagnostic mérule n’est pas obligatoire, il est intéressant d’en faire réaliser un dans certaines situations. Par exemple, si le bien que vous vendez se trouve dans une zone à risque, ou si vous remarquez des signes pouvant évoquer un début d’infestation. Joindre un diagnostic mérule à la promesse ou à l’acte de vente vous permettra de vous prémunir d’un futur recours à la garantie des vices cachés de la part de l’acheteur. 

Quel est le prix du diagnostic mérule ? 


Le prix du diagnostic mérule est variable en fonction des diagnostiqueurs, de la taille et de l’ancienneté de votre logement, du type de charpente et du nombre de structures en bois, de la zone géographique, etc. En général, le diagnostic coûte entre 200 et 400 euros(0)

Comme ce diagnostic immobilier n’est pas obligatoire, son paiement n’est pas réglementé. Ainsi, à l’occasion d’une vente, le coût du diagnostic mérule peut être à la charge de l’acquéreur ou du vendeur, voire partagé entre les deux. 


Quelle est la durée de validité du diagnostic mérule ? 


Encore une fois, le diagnostic mérule faisant partie des diagnostics techniques facultatifs, sa durée de validité n’est pas réglementée. Il ne possède donc pas de date d’expiration. En pratique, il est conseillé de disposer de diagnostics récents dans le cadre de la vente de biens immobiliers, avec une date de réalisation inférieure à six mois. 


Quelles sont les zones à risque de mérule en France ? 


La mérule est surtout présente dans le quart nord-ouest de la France. Néanmoins, ce champignon est susceptible de se développer sur tout le territoire et sur toutes les essences de bois, dès lors que les conditions lui sont favorables. Lorsqu’une habitation est contaminée, il y a risque de propagation des spores dans le voisinage. 

La mérule prolifère dans les milieux excessivement humides (taux d’humidité du bois supérieur à 22 %). Ce type d’environnement se rencontre principalement dans les logements anciens, mal ventilés, mal entretenus et/ou touchés par un dégât des eaux. Si votre bien immobilier est d’une conception correcte et dans un bon état d’entretien, il est peu probable que la mérule s’y implante. 


À savoir

Comme cité plus haut, les zones à risque de mérule sont délimitées par arrêté préfectoral. Pour vérifier si votre logement est concerné, consultez le site de votre préfecture. 

Comment savoir s’il y a de la mérule dans votre logement ? 

Certains signes peuvent vous alerter sur le développement de mérule dans votre bien immobilier. Par exemple :  

  • des plaques de filaments blancs, beiges ou bruns qui se propagent sur le bois ; 

  • des boiseries qui s’effritent ou se désagrègent par plaquettes ou par dés ; 

  • des poutres ou des lames de parquet déformées, gondolées ou molles ; 

  • une odeur persistante de champignon et d’humidité dans vos pièces ; 

  • des dépôts de poussière orange. 

Si vous suspectez une infestation dans votre logement, faites réaliser un diagnostic mérule par l’un des professionnels certifiés de votre région rapidement. Si la contamination par le champignon est confirmée, vous aurez l’obligation de déclarer la présence de mérule dans votre maison auprès de la mairie, comme le dicte le Code de la construction et de l’habitation. Dans le cas d’une copropriété, si la mérule est détectée dans les parties privatives, c’est aux occupants d’en signaler la présence. Si le champignon se trouve dans les parties communes, la déclaration incombe au syndicat de copropriété. Le diagnostiqueur vous informera sur les démarches à effectuer pour venir à bout du champignon. Il pourra s’agir d’un traitement antifongique, de travaux d’assainissement ou éventuellement de la démolition des parties très endommagées. 

Toutes nos infos et conseils habitation

Mentions légales et informatives

Pour les conditions et les limites des garanties présentées, se reporter au contrat.


Contenu publié le 06/09/2021