Détecteur de fumée : obligatoire et indispensable !

Le détecteur de fumée est obligatoire depuis 2015, mais tous les logements n’en sont pas équipés. Cet appareil sauve pourtant 200 vies par an selon le gouvernement(0). Découvrez qui est responsable de son installation et quelle est la marche à suivre, ainsi que son impact sur votre assurance

détecteur de fumée

Est-il obligatoire d’avoir un détecteur de fumée ?


Le détecteur de fumée, de son nom complet détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF), est obligatoire dans tous les logements depuis mars 2015. 


L’objectif du détecteur de fumée est de vous permettre d’évacuer votre logement rapidement pour échapper aux flammes. Mais le détecteur permet surtout d’éviter l’asphyxie liée aux fumées, qui est la première cause de décès en cas d’incendie, notamment la nuit. Le signal d’alarme strident (d’au moins 85 dBA) est destiné à avertir et réveiller les occupants du logement.

Comment fonctionne un détecteur de fumée ?


Le DAAF dispose d’un orifice qui laisse entrer les fumées. À l’intérieur, une diode envoie un signal infrarouge qui, en temps normal, n’atteint pas la cellule photoélectrique également située sous le boîtier. En cas d’émission de fumée ou de vapeur, des particules pénètrent dans le détecteur et vont diffuser les rayons envoyés par la diode. Ceux-ci vont alors atteindre la cellule photoélectrique, ce qui entraîne le déclenchement de l’alarme.

Quel détecteur de fumée choisir ?

Les caractéristiques et normes à respecter


Le DAAF doit dans tous les cas porter le marquage CE et respecter la norme européenne NF EN 14604. Plusieurs informations doivent par ailleurs y figurer de manière indélébile :

  • Le nom ou la marque ;

  • L’adresse du fabricant ;

  • La norme à laquelle le détecteur de fumée se conforme ;

  • La date de fabrication ou le numéro du lot ;

  • Le type de batterie à utiliser.

D’un modèle à l’autre, l’entretien requis et la durée de vie vont changer. Il est ainsi possible de trouver des détecteurs de fumée à batterie offrant une autonomie de 10 ans, tandis que d’autres fonctionnant à piles nécessiteront un changement plus fréquent. Ces différents paramètres vont influencer le prix du détecteur de fumée.


Il existe des détecteurs de fumée spécifiques (avec signal visuel) pour personnes souffrant de déficience auditive, d’un coût assez élevé. Les locataires ayant besoin de ce type d’équipement peuvent demander la prise en charge du détecteur au titre des aides techniques de la prestation de compensation du handicap ou solliciter le fonds départemental de compensation du handicap (réponse ministérielle publiée au JO Sénat le 23 mai 2015, question n° 13416).

Sécurité incendie… si le détecteur est entretenu


Pour garantir le bon fonctionnement du détecteur de fumée, l’entretien est indispensable. En clair si votre détecteur fonctionne à piles, n’oubliez pas de changer ces dernières lorsqu’il vous alerte. S’il fonctionne à partir de l’alimentation électrique, vous serez averti lors d’une longue coupure électrique. Vous reconnaîtrez aisément son dysfonctionnement : il émet un signal de défaut sonore, sifflement régulier et perçant, jusqu’au moment de l’enlèvement des piles/batteries pour les détecteurs classiques. Par sécurité, nous vous conseillons de changer la pile tous les 6 mois (pile saline), tous les ans (pile alcaline) ou tous les 5 ans (pile lithium).

Qui se charge de l’installation et de l’entretien du détecteur de fumée ?


En ce qui concerne la première installation du détecteur de fumée dans la maison ou l’appartement, les personnes en charge sont :

  • Tout propriétaire occupant dans sa résidence principale et secondaire. L’installation est à sa charge.

  • Tout propriétaire louant un logement après le 9 mars 2015 doit fournir le(s) détecteur(s) de fumée obligatoire(s) et en assurer la mise en place.

  • Dans le cas d’un logement dont la location a commencé avant le 9 mars 2015 : le locataire se charge de l’installation du détecteur. Cependant, cette dernière reste financièrement à la charge du propriétaire : il doit soit fournir le détecteur, soit rembourser l’achat effectué par le locataire.

En ce qui concerne la maintenance, elle est également à la charge du propriétaire occupant. Dans le cadre d’une location, c’est au locataire de vérifier que l’équipement est en place et qu’il fonctionne en le déclenchant pour s’en assurer. Il est ensuite en charge de son entretien et de son remplacement si nécessaire.

À savoir

L’obligation de vérification et d’entretien est à la charge du propriétaire dans le cas d’une location à caractère saisonnier, d’un logement de fonction, d’une location meublée, d’une résidence-autonomie ou encore d’une résidence hôtelière à vocation sociale.

Où placer le détecteur de fumée obligatoire ?


En fonction du logement, il faut installer un ou plusieurs détecteurs. Le logement est vaste ou comporte plusieurs étages ? Prévoyez d’en disposer un à chaque niveau. N’oubliez pas le sous-sol. Sans détecteur, un départ de fumée en étage peut vite se transformer en brasier avant que les fumées ne soient perçues par le détecteur positionné au rez-de-chaussée. Bien qu’aucune loi sur les détecteurs de fumée n’impose l’installation de plus d’un modèle dans un logement, les sapeurs-pompiers recommandent de placer au moins un DAAF tous les 50 m².


L’idéal est d’installer au moins un détecteur dans les parties privatives en privilégiant les lieux de circulation, les chambres et les dégagements. Un rappel : 70 % des feux meurtriers ont lieu la nuit selon la Fédération nationale des sapeurs-pompiers.


Le détecteur est fixé solidement en hauteur, à distance des murs et des sources de chaleur et de vapeur. Évitez la salle de bains et la cuisine, notamment dans les petits logements. À défaut, il se déclenchera sans cesse !

À savoir

Connaissez-vous les consignes à respecter en cas d’incendie ? Découvrez sans attendre les gestes de premiers secours : être bien informé est essentiel dans ces circonstances !

Détecteur de fumée et assurance


Vous allez installer le détecteur de fumée obligatoire dans votre logement ? N’oubliez pas de prévenir l’assureur avec lequel vous avez souscrit une assurance incendie. Remettez-lui l’attestation de détecteur de fumée pour assurance. Vous trouverez ici un modèle type de déclaration.


Vous n’avez pas installé de détecteur et vous êtes victime d’un incendie ? Votre assureur ne peut pas refuser de vous indemniser (art. L. 113-11 du code des assurances ; réponse ministérielle publiée au JO AN 16 mai 2017, question n° 78729). Votre assureur n’est pas non plus autorisé à vous sanctionner ou encore à augmenter votre cotisation dans le cas où votre logement n’est pas équipé de DAAF.

Assuré Groupama

Si l’assurance incendie permet d’indemniser votre logement des conséquences d’un sinistre, il vous appartient de le protéger au mieux. C’est pourquoi l’installation d’un ou plusieurs DAAF est indispensable au-delà d’être obligatoire.

Obtenir votre tarif assurance habitation en ligne

  • Cerise avant dégât des eaux rebond

    Habitation

    Assurance habitation

    Les solutions pour couvrir vos biens que vous soyez locataire, colocataire, propriétaire occupant ou non occupant ou bien bailleur, en copropriété ou en maison.

    Découvrir l'offre

Toutes nos infos et conseils habitation

Mentions légales et informatives

Pour les conditions et les limites des garanties et des services présentés, se reporter au contrat.


Contenu mis à jour le 23/06/2021