Prévenir un accident de moto et bien réagir

Prévenir un accident de moto et bien réagir
 

Les deux roues motorisés (motocyclistes et cyclomotoristes) représentent moins de 2 % du trafic motorisé mais 43 % des blessés graves et 23 % des personnes tuées(1). Découvrez les solutions pour bien s’équiper, limiter le risque de blessures, éviter un accident de moto et bien réagir lors d’un accident.


Comment bien s’équiper ?

Bonne nouvelle : la mortalité routière a baissé entre 2010 et 2018 de 12 % pour les motos (84 décès en moins) et de 45 % pour les cyclo (112 décès en moins)(1).
Une des explications : les campagnes menées ces dernières années pour mieux équiper les usagers.
En effet, conduire une moto ou un scooter avec l’équipement obligatoire réduit les conséquences d’une chute. Tout motard doit rouler avec :
  • Un casque moto homologué (norme européenne : lettre E, suivie de l’indication du pays ayant homologué le casque et du numéro d’homologation ou norme française : étiquette verte NF).
 
A savoir : il faut bien sûr, l’attacher et le remplacer après chaque accident violent. L’idéal est d’opter pour un casque intégral.
 
  • Des bottes moto homologuées sans oublier les protections pour la nuque et la colonne vertébrale.
  • Des gants homologués (étiquette CE), également obligatoires pour le passager,
  • Un blouson spécifiquement conçu pour la moto (équipé d’une protection dorsale, de renforts coudes/épaules, d’éléments rétro-réfléchissants).
  • Des bottes de moto homologuées ou à défaut des chaussures montantes et anti-dérapantes,
  • Un pantalon épais (ou en cuir).
  • Un gilet de haute visibilité, sur lui ou dans un rangement de sa moto. Il doit le mettre lors d'un arrêt d'urgence...
 
La certification des blousons et pantalons pour les motards urbains est en train d’évoluer et de nouvelles normes doivent prochainement voir le jour.
 
Assuré Groupama : dès la formule Mini de Groupama assurance moto, votre casque et gants et ceux de votre passager sont remboursés en cas d’accident. Mais vous pouvez aller plus loin et personnaliser votre assurance avec la garantie « Equipement du motard ».
Au programme le remboursement du blouson, des bottes… et tout équipement de sécurité conçu pour la moto en cas d’accident, en cas d’accident mais aussi de vol… N’hésitez pas à prendre un rendez-vous !
 
A savoir : en cas de non-détention du gilet de haute sécurité, le conducteur s’expose à une contravention de première classe, et de quatrième classe dans les cas de non port du gilet à la suite d'un arrêt d'urgence.

Eviter les principaux risques d’accident de moto

Vitesse et alcool à bannir

La première cause des accidents mortels en France, et pas uniquement des accidents de moto, reste la vitesse, excessive ou inadaptée.
Viennent ensuite l’alcool et les stupéfiants et le non-respect des priorités(2).
La vitesse est en cause dans plus d’un tiers des accidents mortels hors agglomérations et « seulement » 18 % des accidents mortels sur autoroute.
Vitesse inadaptée entraîne un comportement dangereux dont le motard peut être le responsable ou la victime. Le risque lié à la vitesse est multiplié en présence de glissières de sécurité. Sa capacité de réaction est amoindrie en présence de graviers ou d’huile sur la chaussée…
Les méfaits de la consommation d’alcool et de drogue associée à la conduite sont connus de tous : une plus grande sensibilité à la lumière, une moindre perception de la distance, un ralentissement des réflexes, sans parler de la somnolence ou encore du champ visuel rétréci.

Apprendre à anticiper et à analyser l’environnement

L’accident de moto touche particulièrement les jeunes de 25-34 ans. Eh oui, le permis ne permet pas d’acquérir en quelques semaines tous les bons réflexes !
La conduite à moto impose d’ :
  • Analyser l’environnement routier : détecter une plaque d’égout, une bande glissante pour mieux contrôler votre équilibre et la faible maniabilité de votre engin en cas d’urgence;
  • Anticiper l’attitude des autres usagers, notamment les automobilistes. Partager la route cela s’apprend;
  • Etre vigilant et humble : respect des priorités, d’une vitesse modérée ; vérifier que les camions, automobiles… vous ont repéré. Et suivez les conseils de motards plus aguerris sans vouloir les imiter.
 

Comment réagir en cas d’accident moto ?

Analyser la situation

Y a-t-il des blessés (et suis-je blessé) ? Est-ce que je peux bouger ? Peut-on déplacer moto et véhicule accidenté sur le bas-côté pour ne pas risquer un sur-accident ?
Dans tous les cas, il faut :
  • Protéger : sécuriser et baliser les lieux de l’accident. S’il est en état, le motard doit mettre son gilet de haute visibilité pour être repéré, arrêter le contact des motos accidentées… ;
  • Alerter au plus vite les services de secours via le 18 ou le 112 avec localisation, nature de l’accident en expliquant clairement et tranquillement les risques éventuels, le nombre de blessés, leur état… ;
  • Secourir les blessés : si la victime ne bouge pas, il ne faut pas la déplacer ni lui enlever son casque (sauf risque immédiat : explosion, effondrement…)
 
A savoir : lors d’un accident de scooter, les premiers gestes sont identiques à ceux lors d’un accident de voiture. Vous pouvez contacter Groupama assistance pour faire remorquer votre moto endommagée, même en cas d’accident à proximité de votre domicile(3).

Rédiger le constat amiable

Le constat amiable, présent dans votre top case, doit être rempli sur les lieux de l’accident, par toutes les personnes impliquées dans l’accident de moto… Dans la mesure où vous en avez la capacité. S’il y a des blessés, le procès-verbal des forces de l’ordre devra être fourni à l’assureur.
Vous réalisez ainsi une description précise des circonstances de l’accident, du positionnement des véhicules, de l’environnement (feux, carrefour, panneaux de signalisation, ligne blanche…). Indiquez bien vos éventuels désaccords sur ce document.
N’oubliez pas qu’il faut rédiger autant de constat amiable qu’il y a de véhicules impliqués dans votre accident de moto ou de scooter. Pris en « sandwich » dans un carambolage vous devrez en établir deux : un avec le conducteur qui vous précédait, un avec celui qui vous a embouti.
 
A savoir : en cas de fuite d’un des conducteurs, votre démarche est la même que lors d’un accident de voiture. Pensez à bien remplir le constat amiable y compris si l’un des conducteurs refuse de le faire ou s’enfuit.

Déclarer l’accident de moto à l’assureur

Adressez dès que possible (dans les 5 jours ouvrés) l’un des exemplaires du constat amiable signé avec l’autre conducteur avec toutes vos remarques (si nécessaire) à votre assureur. Avec toutes ces informations votre assureur pourra déterminer votre part de responsabilité et votre indemnisation.
 

(1) Chiffres de la Sécurité routière. Observatoire national interministériel de sécurité routière.
Estimations sécurité routière 2018 (publication 28 janvier 2019).

(2) L’accidentalité routière 2018 estimations. Source : fichier des auteurs présumés d’accidents mortels 2017-2018 en France métropolitaine.

(3) En cas d’accident, vous devez appeler Groupama Assistance pour déclencher 24h/24 et 7j/7 l’assistance de votre véhicule. Il n'y a qu'en cas de panne sur autoroutes, périphériques ou voies rapides que vous pouvez directement appeler les services de dépannage, puis prévenir votre assureur dans les 5 jours.
 
"Pour les conditions et limites des garanties et des services présentés dans ce document, se reporter au contrat."

 

Publié le 21 mars 2019