Assurance-vie : un contrat pour aider ses enfants comme ses petits-enfants

 
Les enfants ou les petits-enfants ont souvent besoin d’argent, pour financer leurs études ou leur première voiture. Pour les aider à financer leurs projets, l’assurance-vie, avec sa rémunération attractive et sa fiscalité favorable, reste un placement particulièrement judicieux pour préparer l’avenir.
 
 
 

Commencer tôt à épargner pour une assurance-vie

Pour être en mesure de donner un coup de pouce à vos enfants quand ils en auront besoin, le plus simple est de s’y prendre tôt : plus vous avez du temps devant vous, plus votre effort d’épargne (mensuel) sera facile.

Penser aux versements programmés

Grâce à l’assurance-vie, vous épargnez tranquillement et régulièrement dans la durée.
Si vous avez plusieurs enfants, souscrivez un contrat au nom de chacun d’eux.

Les 2 solutions avec l’assurance-vie

Vous pouvez ouvrir un contrat d’assurance-vie :
  • soit au nom de votre enfant : dans ce cas, lorsqu’il est majeur ou à l’âge que vous choisissez (maximum 25 ans), il prend la main sur son contrat et décide librement de ce qu’il veut en faire ;
  • soit à votre nom : dans ce cas, vous désignez alors votre enfant comme bénéficiaire et vous gardez la main sur l’épargne constituée.

Disposer d’une solution optimisée en cas de décès

En cas de décès, vos enfants comme vos petits-enfants bénéficient du capital que vous leur avez constitué en exonération d’impôt jusqu’à 152 500 € tous contrats confondus (pour les versements faits avant 70 ans).
 
Conseil
Pour les sommes importantes, mieux vaut garder la main sur le contrat d’assurance-vie et l’ouvrir à votre nom en mettant votre enfant, ou votre petit-enfant, comme bénéficiaire, en cas de décès.
Le contrat à son nom est une bonne solution pour qu’il dispose dès sa majorité d’un petit capital. En plus, il bénéficie des avantages fiscaux liés à l’ancienneté du contrat (après 8 ans).

Profiter de la fiscalité favorable de l’assurance-vie

En cas de rachat d’un contrat d’assurance-vie après 8 ans, il existe un abattement annuel sur les intérêts de 4 600 € pour une personne seule (9 200 € pour un couple) ; au-delà, vous avez le choix entre un prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5 %, ou la déclaration dans vos revenus, solution à privilégier si vous n’êtes pas imposable.
Les prélèvements sociaux de 15,5 %, eux, sont prélevés chaque année.
 
Et aussi…
 
  • Le livret A , dès la naissance, offre une grande facilité d’utilisation, par la souplesse des versements et des retraits.
  • Le livret jeune , dès 12 ans, offre des taux appréciables et permet à l’ado d’apprendre à gérer ses premières économies.
  • Le Plan d’épargne logement , quant à lui, pourra l’aider plus tard, dans l’acquisition de sa résidence principale.
 

publié le 15 septembre 2015