Eco-conduite : pourquoi et comment ?

Pratique et entraînement pour améliorer la mémoire des personnes âgées
 

Moins de carburant, moins de pollution, moins d’accidents… L’éco-conduite présente de nombreux avantages et bénéficie autant aux automobilistes qu’à l’environnement. Autre bonne nouvelle : elle est très simple à adopter ! Découvrez les quelques principes à respecter pour devenir un as de l’éco-conduite.


Qu’est-ce que l’éco-conduite ?

L’éco-conduite désigne l’ensemble des techniques de conduite qui permettent de réduire sa consommation de carburant. Ecologique et économique, l’éco-conduite ne nécessite pas de bouleverser ses habitudes : il suffit de suivre quelques règles faciles à mettre en œuvre.

Les avantages de l’éco-conduite

Economie

Toutes les études le montrent, l’éco-conduite profite au portefeuille des automobilistes. Elle permet de diminuer d’environ 15 % sa consommation de carburant. Si vous faites le plein une fois par mois, l’éco-conduite vous permettrait d’éviter 2 passages à la pompe chaque année !

Environnement

Une voiture qui consomme moins de carburant, c’est aussi une voiture qui pollue moins. Avec l’éco-conduite, les rejets de CO2 sont considérablement réduits. A eux seuls, les véhicules des particuliers émettent la moitié des gaz à effets de serre produits par tout le secteur des transports…

Les grands principes de l’éco-conduite

L’éco-conduite, avant de prendre le volant

L’éco-conduite commence avant de démarrer son moteur. Vérifiez régulièrement l’état de votre voiture : un véhicule mal entretenu peut consommer jusqu’à 25 % de carburant en plus.
  • Commencez par la pression des pneus. Sous-gonflés, ils augmentent la consommation (jusqu’à 6 % de plus). Paradoxalement, des pneus pas assez gonflés présentent un plus fort risque d’explosion et diminuent la tenue de route.
  • Une fois par mois, contrôlez les niveaux d’huile et de liquide de freins.
  • Privilégiez le coffre de toit à la galerie, moins aérodynamique. Après utilisation, pensez à démonter ces accessoires rapidement pour éviter la surconsommation en carburant.

L’éco-conduite sur la route

Les premiers kilomètres après le démarrage sont les plus gourmands en carburant. Tant que le moteur n’a pas atteint sa température idéale de fonctionnement, en général durant 5 kilomètres, la pollution est plus importante. Lors de cette phase, conservez une allure modérée et passez plus rapidement aux vitesses supérieures.
Une fois lancé :
  • Adoptez une conduite souple. Les accélérations et les freinages brusques entraînent des surconsommations importantes. En cas de ralentissements anticipés, utilisez le frein moteur plutôt que la pédale de frein.
  • Si vous disposez d’une boîte de vitesse manuelle, changez de rapport au bon moment : aux alentours de 2 000 tours/min pour un moteur diesel, et entre 2 000 et 2 500 tours/min pour un moteur essence. Plus un moteur tourne vite, plus il utilise de carburant.
  • Réduisez votre vitesse. Pour un trajet de 500 km, 10 km/h de moins permettent d’économiser jusqu’à 5 litres de carburant et de réduire de 12,5 % ses émissions de CO2. Une manière aussi de sécuriser son trajet.

L’éco-conduite, même à l’arrêt

À un feu rouge, dans les embouteillages, le temps d’ouvrir la porte du garage,… Dès qu’un arrêt dépasse 20 secondes, il est plus intéressant de couper puis rallumer son moteur que de le laisser tourner. Beaucoup de voitures sont d’ailleurs aujourd’hui équipées d’un système « Start and Stop » : le moteur se coupe automatiquement après quelques secondes d’arrêt et redémarre en actionnant le pédalier. Autant de règles simples à appliquer, qui produisent des effets immédiats sur votre budget et agissent sur l’environnement et la sécurité.
 
À savoir :
Si vous le pouvez, utilisez la climatisation avec modération : elle entraîne une surconsommation de 10 % sur les routes et de 25 % en ville !
 
Assuré Groupama :
Vous effectuez peu de kilomètres ? Groupama vous propose l’assurance Petit rouleur à un tarif préférentiel.
 

Publié le 14 novembre 2018