Refus de constat auto : comment bien        réagir ?

Refus de constat auto : comment bien réagir ?
 

Un accident, même si les dommages ne sont que matériels, est toujours un moment difficile à vivre. Premier réflexe : faire un constat amiable. Mais que faire lorsque l’autre conducteur refuse de remplir et/ou de signer le constat ? Suivez le guide pour être certain d’être correctement indemnisé.


Constat amiable, le sésame de l’indemnisation

Tout accident avec un autre véhicule impose de remplir un constat amiable immédiatement sur les lieux de l’accident. Un rappel : le constat est « la porte d’entrée » de toute indemnisation. En effet, ce document vous sert à informer l’assureur de votre sinistre et précise les circonstances de l’accident. A partir de ces éléments, l’assureur détermine la responsabilité des conducteurs.
 
A savoir : découvrez les bons réflexes à adopter en cas d’accident de voiture et comment remplir efficacement ce constat amiable, fourni par votre assureur.

Refus de constat : quelle attitude adopter ?

Un conducteur peut refuser de compléter le constat ou de le signer. Les raisons peuvent être multiples : il n’est pas assuré, il n’a pas le permis, sa responsabilité est engagée, il ne sait pas le faire…
 
A savoir : un conducteur peut refuser de signer un constat : vous ne pouvez pas l’y contraindre !
 
Evitez de vous énerver et ne vous inquiétez pas. Informez-le, s’il conteste votre point de vue sur l’accident, qu’il existe une partie Observations sur le constat. Il peut à cet endroit-là faire état de son point de vue. 
Le plus important est d’obtenir les informations indispensables pour compléter le constat : son nom, prénom, adresse, son numéro d’immatriculation, la marque, le modèle, la couleur du véhicule, les références de son contrat d’assurance.
 
Procédez étape par étape : 
  • Relevez sa plaque d’immatriculation, essayez d’obtenir le témoignage de personnes ayant assisté à votre accident. Dans ce cas, prenez leurs coordonnées pour les recontacter ultérieurement.
  • Rassemblez le plus de preuves, prenez des photos du lieu de l’accident, des positions des véhicules, de leur plaque d’immatriculation, de la signalisation et des dégâts. Si vous pouvez, prenez en photo, le certificat d’assurance sur le pare-brise.
 
A savoir : s’il refuse de vous fournir ces informations essentielles, ce refus est assimilé à un délit de fuite même si son véhicule est arrêté !
  • Ensuite remplissez la partie du constat qui vous concerne en signalant le refus de l’autre conducteur dans la partie Observations.
  • Remplissez l’autre partie du constat avec les informations dont vous disposez (n° d’immatriculation, nom, prénom, assureur…)
  • Envoyez-le dans les 5 jours à votre assureur : même si vous êtes le seul à l’avoir signé..
 
A savoir : l’autre conducteur prend la fuite sans laisser son identité ? Il s’agit d’un délit de fuite réprimé par la loi. A vous de porter plainte auprès des forces de l’ordre les plus proches. Pensez, si possible, à relever immatriculation, marque et couleur du véhicule !

Refus de constat : quelle indemnisation ?

Si l’autre conducteur identifié ne déclare pas l’accident à son assureur, les deux assureurs vont prendre en compte votre version des faits… pour définir les responsabilités et l’indemnisation.
L’autre conducteur a décidé d’adresser ultérieurement un constat à son assureur ? Les assureurs vont examiner ensemble la responsabilité de chacun. S’ils n’arrivent pas à se mettre d’accord, la règle du 50/50 entre souvent en jeu et votre coefficient de bonus/malus sera impacté mais de manière moins importante qu’en cas de responsabilité totale.
 
Votre véhicule est assuré au « tiers » ? Vous serez indemnisé de la moitié de vos dommages. Votre véhicule est assuré « tous risques » ? Les dommages seront indemnisés, déduction faite de la franchise divisée par 2.
 
A savoir : les conséquences en cas de délit de fuite sont clairement précisées par la loi.
 
Assuré Groupama : n’hésitez pas à contacter votre conseiller Groupama qui pourra vous guider au mieux sur les démarches et formalités à accomplir pour ne pas être pénaliser.
 

Pour les conditions et limites des garanties présentées dans ce document, se reporter au contrat
 

Publié le 5 février 2019