Mal des transports : comment y remédier ?

Des passagers qui réclament une pause toutes les dix minutes lors d’un trajet en voiture ? Silence soudain chez le petit dernier qui était si bavard au départ ? Le mal des transports est sans doute en cause. Particulièrement fréquent chez les enfants de 2 à 12 ans et les femmes enceintes, ce trouble est sans danger, mais provoque un réel inconfort. Groupama vous aide à en comprendre les causes afin d’y remédier.

immersive-mal-des-transports

Qu’est-ce que la cinétose ? 

La cinétose, ou mal des transports, est un trouble qui apparaît lorsqu’on est en déplacement sur un bateau, dans un avion, en train ou en voiture. Il ne s’agit pas d’une maladie, mais d’une situation engendrée par un le conflit neuro-sensoriel.


En effet, il y a une discordance entre ce qui est perçu par les deux sources sensorielles : les yeux et le système vestibulaire, organe de l’équilibre situé dans l’oreille interne. Nous voyons les choses se déplacer, tandis que notre oreille interne nous croit immobile. Le cerveau est embrouillé et ne sait comment réagir, ce qui entraîne des troubles au niveau de l’organisme.

Pourquoi est-on malade en voiture ?

Quel que soit le type de mal de transport, la cause reste la même : la contradiction des informations reçues par le cerveau. En voiture, nos yeux voient clairement que nous nous déplaçons par rapport au plan de l’horizon. Les capteurs sensoriels à l’intérieur de nos oreilles, eux, ne perçoivent aucun déplacement. Ces capteurs ciliaires comportent des petites billes, appelées otolithes, qui roulent à chaque mouvement de la tête. Quand la tête ne bouge pas, ce qui est le cas lorsqu’on est en voiture (la tête n’avance pas !), les capteurs ciliaires transmettent au cerveau cette immobilité. Cela entre en contradiction avec la perception visuelle du déplacement. L’organisme a du mal à s’adapter.


Les mouvements intenses, comme la succession de virages, accentuent la perception visuelle du déplacement et renforcent la contradiction des informations. Résultat : le mal de voiture empire dans ces cas-là.

Quels sont les symptômes du mal des transports ?

En cas de mal de transport, les symptômes les plus fréquents sont :

  • Une pâleur ;

  • Une sensation de malaise et d’inconfort dans le haut du ventre ;

  • L’hypersalivation ;

  • La somnolence ;

  • Les sueurs froides ;

  • La respiration accélérée.

Ensuite, cela peut s’accentuer et le sujet va souffrir :

  • D’étourdissements et de vertiges ;

  • De maux de tête ;

  • De nausées et vomissements, parfois douloureux.

Il est plus difficile d’identifier le mal des transports chez les enfants. Une parole et une prise de parole plus rare sont des signes évocateurs.

Comment ne pas avoir le mal des transports ?

Pour limiter le mal des transports, il existe des solutions préventives comme la limitation du stress, l’homéopathie, la prise de compléments alimentaires ou l’utilisation d’huiles essentielles.


Les gestes à adopter pour éviter le mal de transports


Le stress et la sensation de mouvement accentuent les désagréments. Voici alors quelques précautions à prendre dans ce sens :

  • Bien dormir avant de partir en voyage ;

  • Sucer une gomme mal des transports ou mâcher un chewing-gum ;

  • Éviter les facteurs extérieurs qui peuvent aggraver les symptômes (mauvaises odeurs, chaleur…) ;

  • Choisir un siège où l’on peut observer un point fixe à l’horizon, auprès du conducteur ou au milieu du siège arrière et dans le sens de la marche ;

  • Ne pas lire, jouer à des jeux vidéo ou regarder son téléphone ;

  • S’installer confortablement en maintenant la tête stable ;

  • Manger léger, tout en évitant de partir à jeun ou l’estomac vide ;

  • Fermer les yeux et respirer profondément ;

  • Aérer la voiture en ouvrant les fenêtres et profiter de l’air frais, surtout lors des longs trajets ;

  • Faire des arrêts toutes les heures pour dégourdir les jambes.

Par ailleurs, le conducteur doit agir prudemment et éviter les mouvements brusques qui accentuent les symptômes. Cela protège aussi des accidents de vitesse.


Les traitements médicamenteux et naturels pour prévenir le mal des transports


Pour réduire les symptômes du mal des transports, vous pouvez aussi opter pour les traitements médicamenteux à l’instar des antihistaminiques ou de la scopolamine. Ils sont généralement sous forme de gélules, de comprimés ou de patchs. Cependant, ils peuvent entraîner la somnolence, une baisse de vigilance et d’autres effets secondaires.


Heureusement, plusieurs remèdes naturels peuvent s’avérer efficaces pour lutter contre le mal des transports. Parmi eux, il y a l’huile essentielle de gingembre, de menthe poivrée ou de citron. Elles peuvent être administrées par voie orale environ quelques minutes ou une heure avant le départ. Vous pouvez également prendre des plantes comme la mélisse, le tilleul ou la lavande en tisane une semaine avant le voyage ou mâcher une feuille de menthe ou du gingembre durant le trajet.


Les compléments alimentaires contre le mal des transports sont également intéressants. Enfin, les remèdes homéopathiques tels que le Cocculus indicus ou le Petroleum permettent de soulager les symptômes, voir les prévenir.


Les gadgets anti mal des transports


D’autres solutions existent, avec le mérite d’être utilisables par tout le monde, y compris les jeunes enfants et les femmes enceintes :

  • Les bracelets d’acupression qui exercent une légère compression sur les poignets, notamment sur le point dit du NeiKuan afin de lutter contre les nausées ;

  • Les lunettes anti mal des transports munies d’un liquide mouvant qui permet au cerveau de garder l’équilibre.

N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou pharmacien si vous avez des questions ou si les symptômes s’aggravent.


  • Cerise mobilité voiture rebond

    Auto

    Assurance Auto

    4 formules au choix pour s'adapter à vos besoins, à votre budget et à votre profil de conducteur (petit rouleur, etc.), que votre voiture soit neuve ou d'occasion.

    Découvrir l'offre

Toutes nos infos et conseils auto

Mentions légales et informatives

Pour les conditions et les limites des garanties présentées, se reporter au contrat.


Contenu publié le 31/08/2021