Conduite accompagnée à 15 ans pour un permis de conduire avant 18 ans

Conduite accompagnée à 15 ans
 

La conduite accompagnée dès 15 ans permet de décrocher un permis de conduire avant 18 ans. On l’appelle aussi apprentissage anticipé de la conduite ou AAC. Découvrez son intérêt mais aussi ses règles avant de vous lancer… avec votre jeune.


Apprentissage anticipé de la conduite, mode d’emploi

L’objectif de la conduite accompagnée est simple : permettre à un jeune, dès 15 ans, d’apprendre à conduire pour passer son permis de conduire avant 18 ans.

20 heures de cours et 3 000 km de conduite

Après une formation initiale en auto-école pour obtenir le « Code de la route » et suivre un minimum de 20 heures de cours de conduite, le jeune reçoit une attestation de fin de formation initiale. La conduite accompagnée peut, alors, commencer.
Votre adolescent doit parcourir, en France, au moins 3 000 km sur une période minimale d’une année sous la surveillance de son accompagnateur (souvent vous, le parent) à ses côtés. L’apprentissage de la conduite se fait ainsi en douceur au fil des mois ou des années.
 
À savoir :
L’intérêt de cet apprentissage est de varier les situations de conduite : petits trajets urbains, routes départementales, nationales, autoroutes, sol sec, enneigé, pluvieux… Découvrez tous ses avantages.

Un permis de conduire avant 18 ans

À l’issue de la formation, le moniteur de l’auto-école indique si votre jeune est « apte » pour réussir l’épreuve pratique du permis. Il doit avoir au minimum 17 ans et demi. S’il réussit il pourra conduire seul… dès ses 18 ans. L’auto-école délivre une attestation de fin d’apprentissage anticipé de la conduite, à remettre à votre assureur.

Conduite accompagnée : les règles à respecter

La conduite AAC débute par un rendez-vous pédagogique entre le jeune, son accompagnateur (souvent vous, le parent) et l’auto-école. Sachez que plusieurs accompagnateurs peuvent être désignés, y compris hors du cadre familial. Histoire de partager les tensions dans l’habitacle !

Conduite AAC : les obligations de l’accompagnateur

Il doit être titulaire d’un permis B depuis au moins 5 ans… Et ne pas avoir eu d’annulation ou d’invalidation du permis durant cette même période. Il ne doit pas non plus avoir été condamné pour certains délits comme par exemple conduite sous l’emprise d’un état alcoolique.
Son rôle est de faire respecter le code de la route et notamment les limitations de vitesse :
  • 50 km/h en ville,
  • 110 km/h sur les autoroutes limitées à 130 km/h,
  • 100 km/h sur les autres autoroutes et sur les routes à 2 chaussées avec terre-plein central,
  • 80 km/ sur les autres routes.
 
Il participe aux 2 rendez-vous pédagogiques avec le jeune conducteur : le premier entre 4 et 6 mois après l’attestation de fin de formation et le second après avoir parcouru au moins 3 000 km.
 
À savoir :
Pour mettre en place cette conduite accompagnée vous devez obtenir l’accord préalable de votre assureur pour utiliser votre véhicule. Il vous proposera une extension de garantie sans surcoût. Si un sinistre survient pendant cette période, vous n’aurez pas de franchise supplémentaire.

Particularités du véhicule en conduite accompagnée

Le véhicule doit avoir deux rétroviseurs latéraux. Un conseil : installez un rétroviseur additionnel intérieur. Vous pourrez ainsi mieux visualiser la situation et orienter ou conseiller votre conducteur novice. Un logo « Conduite accompagnée » doit être affiché à l’arrière.
 
Découvrez aussi les particularités du permis B boîte automatique.

Conduite accompagnée : un permis à coût réduit

Comment avoir son permis du premier coup ? 7 candidats sur 10 ayant fait la conduite AAC obtiennent leur permis dès la première tentative, contre 5 sur 10 par la filière traditionnelle.
Ce gain de temps induit une réduction du coût total du permis : moins d’heures de conduite en auto-école, pas de nouvelle inscription facturée pour repasser le permis…
Les professionnels estiment que le gain moyen est de 500 € par rapport à une formation classique en auto-école.
 
Assuré Groupama :
Votre assureur reconnaît l’expérience acquise via cette formation et offre au jeune conducteur une décote intéressante sur le montant de son assurance auto. Renseignez-vous auprès de votre Conseiller.
 

Mis à jour le 21 mars 2018

 

Une question, un avis ? Contactez-nous !