Informations et conseils pour préserver l'autonomie des personnes âgées

préserver l’autonomie des personnes âgées
 

Pour rester chez soi le plus longtemps possible : faire ses courses, pratiquer une activité physique, sont autant de manière de préserver l’autonomie. Cette question est au cœur du bien-être et de la qualité de vie des personnes âgées.


L’estime de soi

L’estime de soi, la manière dont on se perçoit, peuvent diminuer avec l’âge, notamment parce qu’on ne fait plus les choses "comme avant". Conserver son autonomie, c’est aussi conserver une image positive de soi-même.
 
Se sentir capable : Quel que soit l’âge, on a besoin de réussir des choses et de se sentir utile. Parvenir à faire quelque chose seul demeure très valorisant. Lorsque ces actions sont faites pour les autres, par exemple préparer un dessert pour ses proches, la fierté de la réussite dépend aussi du fait que l’on n’a pas été aidé.
Comment ? En faisant du bénévolat, la cuisine, des activités manuelles, ou tout simplement en s’occupant du linge.
 
Se sentir responsable : Au cours de sa vie, on cumule les responsabilités familiales et professionnelles, et celles-ci font partie de notre identité. Elles nous définissent et définissent notre valeur vis-à-vis des autres. Conserver certaines d’entre elles permet de garder l’esprit alerte et de se sentir valorisé. L’essentiel est de savoir que ce que l’on fait compte pour soi et les autres.
Comment ? On peut gérer les papiers administratifs, faire les comptes, le ménage ou s’occuper d’un jardin ou d’animaux.

Rester maitre de sa vie

Décider, conserver ses repères, vivre selon ses choix, sont autant de notions positives qui permettent aux personnes âgées de se sentir acteurs de leur vie.
 
Préserver ses habitudes : Lorsque l’on est actif, on organise sa vie à sa manière. Les plus âgées peuvent avoir l’impression de perdre cette maîtrise autrefois évidente. Ce sentiment de perte peut rendre passif. Autant que possible, il faut essayer de préserver ses repères en adaptant son mode de vie aux contraintes nouvelles.
Comment ? En conservant son rythme de sommeil et en conservant ses loisirs le plus longtemps possible.
 
Faire et assumer ses choix : Décider, cela revient à s’impliquer. C’est créer un lien entre soi-même et le monde environnant. Cette indépendance donne un sentiment de puissance et d’accomplissement.
Comment ? Concrètement, c’est choisir un papier peint, ou fréquenter le salon de coiffure que l’on préfère.

Lutter contre l'isolement

Maintenir des relations sociales pour éviter les coups de blues car le moral contribue grandement au bien-être général.
 
Aller vers les autres : Avoir les moyens de son autonomie, c’est aussi pouvoir s’ouvrir aux autres. Si l’on se sent capable d’accomplir des choses, on a davantage envie de partager. 
Comment ? Recevoir des amis ou participer à des activités associatives sont des actions très positives, mais cela nécessite aussi de se sentir capable de sortir ou de faire la conversation.
 
Rester dans son environnement : Conserver son logement, c’est rester auprès des personnes qui sont familières, même si celles-ci ne sont pas les plus proches. Amis, voisins, commerçants, sont autant de contacts potentiels et rassurants dans une journée.
Comment ? Faire les courses ou voir des gens familiers passer devant ses fenêtres et échanger quelques mots sont des petits plaisirs du quotidien. Il ne faut pas s’en priver !
 
 

Publié le 4 janvier 2018