Groupama protège votre vie privée

Lorsque vous naviguez sur notre site, nous recueillons des informations pour mesurer l’audience, améliorer notre site, interagir avec vous et vous présenter des offres personnalisées. En les autorisant, votre navigation sera simplifiée.

Vous avez le droit de changer d’avis à tout moment en cliquant sur « Gérer mes cookies » en bas de chaque page Groupama.fr

Comment acheter un bateau ?

Vous envisagez d’acheter un bateau neuf ou d’occasion ? Ces quelques conseils devraient vous aider dans votre réflexion et l’aboutissement de votre projet d’acheter un bateau de plaisance : savoir choisir le type d’embarcation, réfléchir à son financement, savoir quel permis bateau est nécessaire, prévoir les coûts annexes que cela peut engendrer…

Acheter-un-bateau

Conseil N°1 : avant l’achat d’un bateau, choisir une embarcation adaptée à son bassin de navigation et à son utilisation

L’achat d’un bateau de plaisance, peut vite virer au calvaire s'il ne correspond finalement pas à son programme de navigation ou au lieu de navigation. Que vous comptiez faire un achat de bateau sans permis, acheter un bateau à moteur ou à voile ou mixte voile-moteur, un bateau semi rigide ou de luxe pour une navigation côtière, petite croisière, une course ou une régate : la première chose à bien définir est ce que l'on veut faire avec son bateau et dans quelles conditions. Un bon conseil : les coups de cœur différents du programme de navigation sont à oublier !

 

Conseil N° 2 : pour acheter son bateau, réfléchir à la solution du leasing

La Location avec Option d'Achat (LOA) ou leasing est un mode de financement à étudier pour acquérir un bateau car ce type de contrat prévoit la possibilité pour le plaisancier-locataire de lever l’option d’achat en fin de période de location et devenir ainsi propriétaire de son bateau.

La LOA s'est généralisée en raison des avantages fiscaux qu'elle engendre. En effet par rapport à un achat comptant ou à crédit, l’avantage du LOA bateau est qu'elle bénéficie d'une TVA réduite à 10 % au lieu de 20%. Toutefois pour bénéficier de ce taux réduit, le bateau doit être autorisé à naviguer en zone hautière, c'est-à-dire au-delà de la zone côtière.

Bien étudier également les autres conditions de ce type de contrat (durée de location, entretien du bateau…). A savoir aussi que le bateau étant au nom du bailleur, sa valeur n'entre pas dans le calcul de votre patrimoine, ni dans celui de l'impôt sur la fortune.

 

Conseil N° 3 : peut-on acheter un bateau sans avoir le permis ?

Même s'il n'est pas obligatoire quand on possède un voilier non équipé d’antenne VHF (Very High Frequency = très haute fréquence), le permis semble indispensable pour bien maîtriser son bateau. Avec une VHF, il faudra que le skipper d'un voilier soit titulaire soit du permis plaisance option côtière (pour être en règle dans les eaux françaises), soit du certificat restreint de radiotéléphoniste (CRR) l'autorisant à naviguer à l'étranger. Pour tout bateau à moteur dont la puissance dépasse 6 cv, le permis est obligatoire.

 

Conseil N° 4 : avoir l’équipement de sécurité obligatoire à bord du bateau que vous achetez

En matière de sécurité, le propriétaire doit être équipé du matériel nécessaire et obligatoire, en fonction de son programme et de l'homologation de son bateau. Pour la navigation maritime, voir les règles de la division 240(1).

 

Conseil N° 5 : anticiper les coûts avant de se lancer dans un projet d’achat de bateau

Le prêt à naviguer : le prix affiché d'un bateau ne correspond jamais à celui d'un navire prêt à naviguer. En effet, le plaisancier devra ainsi rajouter le coût relatif à l’équipement de sécurité, une éventuelle expertise, la mise à l’eau…, ainsi que pour un voilier, ceux relatifs à la livraison et au matage… Dans le domaine de la voile, les bateaux sont livrés avec un jeu de voiles généralement suffisant mais pas complet. D’autres frais sont à considérer : les frais d’entrepôts, les frais d’entretien, les réparations, les assurances et le carburant sont autant de paramètres à prendre en compte. Au vu de ces coûts, vous devrez déterminer la manière dont vous allez les financer.

Astuce :

vous pouvez aussi projeter d’acheter un bateau à deux ou à plusieurs pour permettre ainsi un partage des frais, à vous ensuite de vous organiser pour qu’à tour de rôle vous puissiez jouir de l’embarcation à des périodes différentes sur l’année. Une solution qui peut alléger votre budget car la plaisance est une passion qui coûte un peu cher !

Conseil N° 6 : effectuer un essai en mer du bateau que vous voulez acheter

L’expertise par un expert maritime est un bon moyen de s’assurer de la qualité de votre achat. Cependant, vous pouvez également vous faire assister d’un ami expérimenté pour analyser le moteur, les réparations effectuées, d’éventuelles corrosions,…et surtout le comportement du bateau et le bruit du moteur lors d’un essai. Vérifier le bruit et le ralenti à froid du moteur, inspecter les fumées d’échappement et tester la montée en régime pour repérer toutes fuites éventuelles.

 

Conseil N° 7 : s’occuper des formalités administratives pour acheter son bateau

Avant de signer, il faut examiner l'acte de francisation et vérifier aux douanes l'absence d'hypothèque ou de saisie conservatoire. Pendant ce temps, un acompte de 10% peut être versé s'il accompagne un compromis de vente. L'acte signé, le vendeur informe les affaires maritimes chargées de l'immatriculation, et les douanes qui dressent l'acte de francisation.

 

Conseil N° 8 : souscrire une assurance au moment de l’achat du bateau

Elle n'est pas obligatoire, mais la majorité des ports de plaisance l'exige s’agissant de la couverture des dégâts que votre bateau pourrait causer à un tiers. Il est judicieux également, notamment si votre embarcation a de la valeur, de couvrir les dommages et le vol dont vous pourriez être victime.

Assuré Groupama

Découvrez notre assurance bateau Embruns et ses 3 formules allant de l’essentielle à la plus complète pour une protection de votre embarcation, de vous-même (y compris en cas de dommages causés à autrui) et des personnes à bord en cas d’accident. Selon votre lieu de résidence, d’autres solutions d’assurance bateau peuvent aussi vous être proposées, n’hésitez pas à interroger un conseiller Groupama.

  • assurance-bateau

    Particuliers

    Assurance bateau

    Des solutions d’assurance pour protéger votre embarcation de plaisance (voilier, bateau à moteur, yacht, jet ski…) , son annexe, ses passagers et même les objets à bord !

    Découvrir l'offre

Mentions légales et informatives

Pour les conditions et les limites des garanties et des services présentés, se reporter au contrat ou voir auprès de votre conseiller Groupama.

(1) Division 240 « du règlement annexé à l'arrêté du 23 novembre 1987 relatif à la sécurité des navires ». Cet arrêté a par ailleurs été remplacé par l’arrêté du 6 mai 2019 qui a modifié les dispositions figurant dans cette Division.
(2) Du 28 avril au 17 juillet 2022, 50 euros offerts sur la cotisation de la première année d’assurance pour la souscription d’un contrat Groupama Habitation sous réserve d’un montant minimum de souscription de 150 euros TTC ainsi que les frais d’installation de 150 euros offerts à la souscription d’un pack ou d’une formule libre Groupama Box Habitat. Voir conditions en agence, selon les caisses régionales participantes. Chaque contrat peut être souscrit séparément.
(3) Taux de 0,90 % dès 5 000 € empruntés. Prêt remboursable sur 12 mois. Prêt personnel pour financer vos projets. Dans le cadre du prêt personnel Désirio, pour tout projet de 5 000 € empruntés sur 12 mois au Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe de 0,90% (taux débiteur annuel fixe de 0,90%), hors assurances facultatives, vous remboursez 12 mensualités de 418,70 €. Montant total dû : 5 024,40 € (dont 24,40 € d'intérêts et sans frais de dossier). Le montant total dû au titre de l'assurance facultative (pour un client de moins de 65 ans) sur la durée totale du prêt est de 42 €, soit un coût mensuel de 3,50 € s'ajoutant à l'échéance de remboursement et un TAEA (Taux Annuel Effectif de l'Assurance) de 1,57%. Exemple sur la base d’une 1ère échéance à 30 jours. Conditions en vigueur au 2 mai 2022 susceptibles de modification.


Contenu publié le 31/08/2020