Sur les marchés, vendez en toute sécurité

Avec le beau temps, revient l’envie d’aller faire ses emplettes sur les marchés pour acheter. Pour les producteurs qui travaillent en circuits courts, c’est une opportunité de répondre aux attentes des consommateurs.

Page GFR - Professionnels et entreprises - Conseil - visuel Immersive -  Sur les marchés, vendez en toute sécurité

Renouer les liens avec les consommateurs

Avec les beaux jours et les congés, les consommateurs seront nombreux à aller faire leurs emplettes sur les marchés, ceux hebdomadaires des communes, mais aussi les marchés à la ferme ou organisés par des producteurs. La vente directe comme les circuits courts ont le vent en poupe.

Des précautions sanitaires sont nécessaires lors de la vente, comme pendant la transformation, pour préserver les qualités des produits et prévenir tout risque de contamination bactériologique. La réglementation européenne, dite « paquet hygiène », encadre les obligations en matière sanitaire.

Hygiène irréprochable

Lors de la vente directe de ses produits, la première obligation porte sur l’irréprochable hygiène du personnel et des équipements. Il faut s’astreindre à nettoyer et désinfecter régulièrement tous les matériels et surfaces en contact avec les produits. De même, chaque intervenant doit se laver et se sécher régulièrement les mains. Retrouvez tous les détails sur notre article dédié à la transformation à la ferme en toute sécurité.

Ces conditions d’hygiène irréprochable s’appliquent lors du transport, du stockage et de l’exposition pour la vente. Tous les matériaux et équipements entrant en contact avec les denrées alimentaires doivent être construits et entretenus de manière à éviter les risques de contamination et maintenus propres en permanence. Ils doivent être faciles à nettoyer et, au besoin, à désinfecter, résistants à la corrosion et non toxiques. Lors de la vente, les denrées alimentaires doivent être protégées contre les souillures extérieures et les manipulations du public (vitrines de protection par exemple).

À la bonne température

Pendant le transport, le stockage et l’exposition à la vente, les aliments doivent être conservés à des températures limitant leur altération et plus particulièrement le développement de micro-organismes pouvant entrainer un risque pour la santé humaine. Le respect de la chaine du froid s’applique bien sûr pendant le transport. Il faut utiliser des containers ou véhicules propres et réservés à cet usage. Il est obligatoire d’utiliser un véhicule frigorifique ou réfrigérant quand la distance jusqu’au lieu de vente est supérieure à 80 km ou, quelle que soit la distance, s’il y a un arrêt.

Une fois sur le marché, les aliments seront stockés dans des équipements adaptés à la parfaite conservation des produits périssables. La température dépend de la nature des produits. Elle ne doit pas dépasser 4° pour les produits transformés et 8°C pour les produits laitiers. Les produits peuvent être conservés dans des vitrines ou armoires réfrigérées ou tout autre moyen de maintien au froid (glace).

Un étiquetage informatif

Obligatoire, l’étiquetage doit comporter le prix de vente TTC. Le prix au kilo ou au litre doit être précisé si vente à la pièce. Pour les produits non pré-emballés, une affichette ou un écriteau doivent être placés à côté et préciser la nature du produit, son prix, ses certifications (bio, label rouge), les allergènes à déclaration obligatoire.

Les organisateurs du marché doivent mettre à disposition des vendeurs les installations électriques pour faire fonctionner les vitrines réfrigérées et un point d’eau potable. Ils doivent prévoir de quoi stocker et éliminer les déchets.

Les Directions Départementales de la Protection des Populations (DDPP), effectuent sur les marchés des contrôles du respect des règles d’hygiène, de la sécurité alimentaire comme de l’étiquetage et de l’affichage du prix.

S’assurer en cas de contamination

Mais, si malgré ses bonnes pratiques, une contamination a lieu, comment rassurer ses consommateurs et relancer son activité ? Il est important de s’assurer contre les risques sanitaires. La garantie optionnelle « Kit Sanitaire » protège votre activité en contamination accidentelle lors de vos activités de transformation ou de commercialisation.


Dans le cadre de votre assurance multirisque agricole, cette garantie vous couvre des préjudices liés aux produits contaminés avant ou après livraison et vous indemnise à plusieurs niveaux (la marchandise perdue, sa responsabilité en tant que vendeur, son image de marque...).

Par exemple, en cas de contamination, accidentelle ou malveillante, Groupama couvre les pertes pécuniaires (prise en charge les frais de décontamination des locaux et la perte de chiffre d’affaires pendant ce laps de temps).

Sont également couverts les frais consécutifs à la contamination (retrait et destruction de produits, perte de revenus le temps de la décontamination des locaux). Les clients sont indemnisés des préjudices causés après livraison. En prenant en charge les frais de communication nécessaire au rétablissement de l’image de marque, cette garantie aide à reconquérir le déficit d’image.

Votre devis Agri gratuit

Demander mon tarif
  • Assurance multirisque agricole

    Exploitants agricoles

    Assurance multirisque agricole

    Protégez les bâtiments de votre exploitation, vos matériels, équipements et votre production avec l’assurance multirisque agricole.

    Découvrir notre offre

Tous nos conseils pour les exploitants agricoles

Mentions légales et informatives

Pour les conditions et les limites des services présentés, se reporter au contrat et/ou se rapprocher d’un conseiller Groupama.


Contenu publié le 15/06/2020