prévention risque d'incendie
 
  • Comment prévenir les risques d’incendie des engins de récolte ?

    Chaque été, des centaines de feux liés aux travaux de récoltes se déclarent, avec des conséquences plus ou moins graves. Les conditions sont en effet réunies pour favoriser les incendies : des pailles inflammables, des machines susceptibles de générer des étincelles ou des échauffements, des températures élevées, de la sécheresse et du vent.

    Certes, le risque zéro n'existe pas. Mais l’ensemble des acteurs du monde agricole et les assureurs peuvent travailler de concert pour réduire la survenue, la gravité et les conséquences de ces incendies.

    Des incendies en séries l'été

    Dans les zones les plus précoces de notre pays, les moissons ont déjà débuté. Ce sont les orges qui ouvrent le bal des moissonneuses-batteuses et presses à balles, suivies des blés, triticales, seigles... Au cours de l'été, les engins de récolte poursuivront leur travail dans les champs de colzas, pois, tournesols, puis dans les parcelles de maïs grains, sorgho jusqu'au milieu de l'automne.

    Cette période, qui constitue l'aboutissement d'une année de travail pour un agriculteur, est aussi malheureusement celle de la survenue de nombreux incendies. L'an dernier, la sécheresse particulièrement intense, couplée à la chaleur, a généré des pics d'activités chez les pompiers : certaines journées de juillet, les SDIS de l'Aisne et de la Marne rapportent, par exemple, avoir réalisé chacun plus d'une dizaine d'interventions par jour sur des parcelles agricoles ! Avec à la clé, des dizaines, voire des centaines d'hectares, partis en fumée* !

    Origine mécanique

    La paille est un matériau très inflammable. Mais elle ne prend jamais feu toute seule. Sauf malveillance, le « coupable » est presque toujours à chercher du côté du matériel.

    « Tous les chantiers d'été sont critiques », reconnaît Stéphane Chapuis, responsable du service agroéquipement à la Fédération nationale des Cuma.

    Conscient de cette problématique, Groupama en collaboration avec les Cuma et les ETA mènent des actions de prévention au niveau local, notamment pour sensibiliser au risque d’incendie et aux bonnes pratiques.

    Pas d'impasse sur l'entretien et les contrôles réguliers

    La prévention passe d'abord par un bon entretien des matériels. Les principaux risques de départ d'incendie sont l'accumulation de poussières ou de déchets dans certaines parties des machines (zones planes, carter et compartiment moteur) ainsi que l’échauffement de l’un des nombreux roulements (système de battage, presses à balles...) : il faudra redoubler d’attention sur le nettoyage et le graissage, bien avant la saison, lors de la préparation hivernale, mais aussi au jour le jour lors de la période de travail intense !

    Attention également aux fils dénudés qui sont facteurs de risque de départ de feu par échauffement ou court-circuit (même engins à l'arrêt). La lutte contre les rongeurs (qui consomment la gaine isolante des fils) peut s'avérer nécessaire sur le lieu de remisage des machines. Là encore, un nettoyage approfondi reste la meilleure prévention.

    Certaines moissonneuses-batteuses sont équipées de bac épierreurs, pour éviter la formation d'étincelles au sein de la machine : c'est un bon moyen de réduire les risques. Le contrôle systématique des voyants de température et d’échauffement en est un autre.

    L'eau, la meilleure solution l'été

    Toutefois, comme le risque zéro n'existe pas, il est indispensable de mettre également en place des solutions curatives sur les chantiers.

    Si, sur les tracteurs, on recommande la présence d'un extincteur à poudre, pour la prévention des incendies de paille, c'est l'eau qui est à privilégier : les extincteurs ont tendance à souffler les accumulations, il vaut mieux, en complément, prévoir une réserve d'eau embarquée, ou sur le chantier, si le risque est critique.

    Si on ne peut pas endiguer tout de suite un départ de feu sur une machine, la priorité reste la protection des personnes présentes sur le chantier, puis celles des alentours où peuvent se trouver des habitations. Dans ces cas-là, on peut aller chercher un outil de travail du sol, type Cover-crop, et tourner autour du foyer pour limiter la propagation du feu en attendant l'arrivée des pompiers.

    La prévention des incendies passe aussi bien-sûr par les constructeurs, qui améliorent leurs machines et proposent des bacs épierreurs, des pare-étincelles... Récemment, l'un d'entre eux a été alerté par le terrain de la survenue trop fréquente d'incendies avec l'une de ses machines : il les a toutes rappelées et modifiées pour corriger le défaut qui entraînait une accumulation de paille.

    Un chantier particulier : l'ensilage de paille

    Si les chantiers de moissons sont à haut risque, il en est un encore « pire » : celui, assez nouveau de l'ensilage de paille. Dans ce cas, la paille n'est pas pressée, mais broyée finement et crachée dans une remorque avec un souffleur : le summum du risque !

    A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles : ces chantiers se font très tôt en journée ou tard le soir, l'ensileuse est équipée d'un détecteur de métaux et idéalement de pierres, et la réserve d'eau sur place est importante. Ce peut-être par exemple, une vieille tonne à lisier transformée en tonne à eau...

    Au-delà de toutes ces précautions, il reste cependant indispensable, en tant qu’exploitant agricole, Cuma ou Entrepreneur de travaux agricoles, de se protéger. Groupama vous propose une assurance pour la protection de votre matériel de production.

    Pour en savoir plus, contactez votre conseiller Groupama.

     

    * http://www.lunion.fr/41139/article/2017-07-19/secheresse-et-moissons-les-feux-de-champs-se-multiplient-dans-l-aisne-et-la

     

    Pour les conditions et les limites des garanties et des services présentés dans cet article, se reporter au contrat.

     

    Mis à jour le 14/06/2019

 
  • Assurance multirisque agricole

    Assurance multirisque
    agricole

    Protégez les bâtiments de votre exploitation, vos matériels, équipements et votre production avec l’assurance multirisque agricole.

  • Assurance tracteurs et engins agricoles

    Assurance tracteurs et
    engins agricoles

    Protégez tous vos automoteurs et vos matériels agricoles : tracteurs neufs ou anciens, matériels attelés de dernière génération ou autres matériels agricoles.

 

Groupama vous conseille

  • Un fourrage bien stocké limite les risques d’incendie par fermentation

    Même sans source extérieure de chaleur, un stock de foin peut prendre feu sous l’effet d’une surfermentation. Quels sont les dangers ? Découvrez les bonnes pratiques à adopter pour préserver votre exploitation.

  • Prévenir les risques d’incendie des engins forestiers

    Entre les débris végétaux et la température des moteurs, les engins forestiers présentent d’importants risques d’incendie. Pour prévenir ces risques, ils peuvent être équipés de dispositifs d’extinction automatique.