Prévenir les risques d’incendies dans les stockages de foin

Du foin qui chauffe peut vite se transformer en catastrophe avec l’embrasement de tout le hangar et des dégâts considérables. Pour éviter de tels drames, un suivi de la température est indispensable. 

Sondes à fourrage

Echauffement du foin : un processus progressif à surveiller de près


Si jusqu’à 45°C, la fermentation est considérée comme « normale » et « sans danger », un stockage dans de mauvaises conditions peut entraîner une fermentation excessive et pousser la température du foin à plus de 80°C. Ce phénomène résulte de plusieurs facteurs : un foin trop humide, un tassement excessif, une aération insuffisante ou de mauvaises conditions de stockage qui peuvent provoquer, au-delà de 20 % d’humidité, un échauffement naturel du fourrage.

Quelques repères :
 

  • 45°C : odeur de levain : surveiller les bottes régulièrement ;

  • 50°C : brunissement léger, odeur de radis, pommes pourries : surveillez vos bottes au moins 2 jours à l’aide d’une sonde ;

  • 55°C : fort brunissement, odeur d’acide formique, de vinaigre : prendre des dispositions d’isolation des zones très chaudes ;

  • 60°C – 65°C : odeur de tabac, de café torréfié allant vers couleur du foin noire, odeur de café brûlé : si-besoin, sortez le fourrage ; dans tous les cas, gardez tous les moyens de lutte contre les incendies à proximité car tout appel d’air peut entraîner un feu spontané ;

  • < 75°C : risque d’incendie fort, alertez les pompiers.


Tout faire pour éviter l’incendie du hangar à fourrage

Respecter les étapes de la fenaison

  • Le fauchage ;

  • Le fanage et andainage : si possible dans les 24 heures suivant le fauchage ;

  • Le pressage : dans les conditions idéales (séchage optimal de l’andain sans aucune pluie depuis le fauchage), le délai pour réaliser le pressage est de 24 à 48 heures.


Un fourrage suffisamment sec

Le facteur le plus important dans les étapes de fenaison est le séchage de l’andain. Si l’andain est sec, le risque d’échauffement après pressage et stockage sera plus faible.

Lors du fanage, laissez sécher les bottes le temps nécessaire (particulièrement en cas de saison humide), sur une surface étanche et ne rentrez votre foin que si sa température ne dépasse pas 35°C.
Si les conditions météorologiques ralentissent le séchage, laisser les bottes à l’extérieur une semaine supplémentaire et contrôlez leur température.


Ne pas stocker le foin près d'une source combustible

Éloignez le foin des sources d’étincelles, en particulier les postes électriques et les moteurs thermiques. Actionnez le coupe-batterie des engins agricoles.

Assurez-vous que la zone est équipée d’un extincteur accessible rapidement et vérifié par un technicien depuis moins d’un an.

A savoir

Le séchoir à foin peut compléter le séchage : dans les bâtiments, vous pouvez stocker le foin dans un lieu ventilé et sur une surface étanche, sur du bois ou un film plastique, pour éviter les remontées d’humidité.

Mettez l’aiguille dans la botte de foin

Pour éviter que l’alimentation de vos troupeaux ne soit détruite par un incendie suite à un échauffement du foin, des solutions connectées existent. Groupama a récemment développé un dispositif de prévention sous la forme de sondes connectées disponible à partir de l’application Gari. 

Piquées au cœur des bottes, ces sondes prennent la température de façon autonome, toutes les heures. En cas de surchauffe, vous recevez une alerte sur votre mobile. 

Comme chaque sonde est identifiée, il vous sera facile de retrouver la zone de stockage où la température s’élève. Détassez et sortez les bottes pour les faire redescendre en température. En agissant avant qu’elles n’atteignent la température critique, vous évitez l’incendie. 

«  L’an dernier, environ 10 % des exploitations équipées ont reçu une alerte pour température supérieure à 58°C, témoigne Laurent Jouguelet, de Groupama Grand Est. En deux ans, 31 ont évité un incendie car elles ont reçu une alerte par une sonde qui avait détectée une température supérieure à 75°C  ». 

Nos conseillers à l'écoute pour vous aider

  • Cerise smartphone rebond

    Exploitants agricoles

    Gari, votre assistant agricole

    Parce que vous ne pouvez pas être partout à chaque instant, l’application Gari centralise les informations des équipements connectés de votre exploitation pour vous accompagner dans votre quotidien.

    Découvrez l'application

Tous nos conseils pour les exploitants agricoles

Mentions légales et informatives

Pour les conditions et les limites des garanties et des services présentés, se reporter au contrat.

Contenu mis à jour le 04/04/2021