Le voyage en bus : un moyen de transport low-cost

 
La législation sur les transports en autocars a été modifiée afin de répondre au nouveau règlement européen. La publication de la loi Macron autorise désormais la libération quasi totale des transports. Plus que jamais, le car se pose en sérieux concurrent du rail…

 

La naissance d’un vrai moyen de transport low-cost

L’ouverture à la concurrence a engendré, depuis août 2015, la création de plus de 700 liaisons régionales. Cinq acteurs majeurs, Flixbus, Megabus, Ouibus, Stashipper, Isilines et Eurolines proposent des offres ultra-compétitives de voyage en bus, vers des destinations en France, mais aussi vers les pays européens. Depuis cette libéralisation du secteur des transports, au moins 1,5 million de passagers ont été transportés dans toute la France. Aujourd’hui, 157 villes et aéroports sont desservis par 715 autocars assurant quotidiennement les liaisons au sein de l'Hexagone.
 
Le train est le premier à subir cette concurrence. Par exemple, sur un trajet Brest-Bordeaux, l’autocar (Stashipper) est presque 9 fois moins cher que le TGV et 6 fois moins coûteux que le TER, et ce, pour un temps de voyage inférieur. Sur un Paris-Marseille, le car supplante même le covoiturage en termes de coût par kilomètre : 0,03 euro contre 0,05 euro (Isilines vs BlaBlacCar).
 

Avantages et les inconvénients du voyage en bus

  • Le car est quasiment imbattable en termes de coûts sur les trajets de province à province. Pour attirer davantage de voyageurs, les autocaristes proposent en plus de nombreux services : possibilité de 2 bagages en soute (20 kg max), Wi-fi gratuit, transport d’animaux non facturé... 
  • En termes de sécurité, les opérateurs s’engagent sur des contrôles drastiques de leurs conducteurs et des véhicules en circulation,
  • Enfin, le transport en autocar s’avère moins polluant que la voiture : un car représente 30 automobilistes en moins sur la route.
  • Coté désavantages, signalons la présence de gares routières souvent éloignées des centres-villes, mais aussi une fréquence moins importante que le train pour les lignes d’autocars.
 

Les bons plans pour choisir votre compagnie de bus

Les sites internet kelbillet.com ou comparabus.com vous permettent de connaître les prix des différentes compagnies autocaristes.
Vous pouvez aussi profiter de nombreuses offres ponctuelles, avec parfois des prix d’appel à 1 €.

Et côté assurance ?

Dans tous les cas, l’organisme affréteur de l’autocar vous assure.
D’autre part, le volet « responsabilité civile » de votre assurance habitation vous couvre en cas d’incident avec un tiers, par exemple si un bagage tombe sur un passager ou si votre enfant en blesse un autre.
 

Publié le 20 mai 2016