Épargne retraite : quel type d’épargne choisir ?

 
Une fois à la retraite, certaines questions se posent concernant son épargne : comment continuer à épargner, quel support d'épargne privilégier ... Pour vous y aider, voici quelques clés.
 

Pour tout de suite : une épargne de précaution

C’est l’épargne placée sur les livrets défiscalisés et disponible à tout moment : Livret A(1), Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS)(1), Livret d’Epargne Populaire (LEP)(2). Les comptes d’épargne fiscalisés comme le Compte sur livret font également partie de l'épargne de précaution.
 
Pour être serein, on estime que cette épargne doit représenter environ 6 mois de revenus. Souvenez-vous : avec le Livret A(1), vous pouvez mettre de côté jusqu’à 22 950 €, et 12 000 € sur votre LDDS(1)!
Cette épargne peut vous permettre de :
- faire le relais entre votre dernier revenu professionnel et le versement de votre première pension de retraite ;
- payer le montant de l’impôt correspondant à votre dernière année d’activité.

Pour vos projets : une épargne à moyen terme

Avec le compte d'épargne à taux progressif, vous bénéficiez de taux croissants, chaque année, connus dès l’ouverture et garantis par la banque. Votre argent reste disponible à tout moment et vous l’utilisez comme bon vous semble.
Vous pouvez aussi ouvrir un Plan d’épargne logement(3) (PEL). Il vous suffit de verser 225 € et ensuite 45 € minimum par mois, pendant au moins 4 ans. Vous pouvez placer jusqu’à 61 200 €. Son taux est garanti et dépend de la date d’ouverture.

À plus long terme : l’assurance vie multisupport

Un contrat d’assurance-vie multisupport vous permet d’épargner à votre rythme et de bénéficier d'une fiscalité avantageuse notamment au-delà de 8 ans. En cas de besoin, votre argent est disponible à tout moment.
Vous pouvez diversifier et optimiser votre épargne grâce à des supports en unités de compte.
Pour vous y aider, contacter votre conseiller.
 
(1) Produits d’épargne réglementés. Epargne disponible dans la limite du solde minimum légal de 10 €. Plafond réglementé susceptible de modifications.
(2) Produit d’épargne réglementé. Accessible à tout contribuable dont le revenu fiscal de référence n’excède pas le plafond fixé par la loi et qui ne détient pas déjà un Livret d’épargne populaire.
(3) Pour les PEL souscrits depuis le 1er août 2016 : votre épargne est rémunérée au taux nominal annuel brut de 1 % (hors prime d’État). En cas de prêt d’épargne logement, le taux brut peut atteindre 2 % incluant le versement d’une prime d’État de 1 %. La prime est accordée après 4 ans minimum d’épargne et conditionnée par la réalisation d’un prêt PEL d’un montant minimum de 5 000 €. La prime d’État est plafonnée à 1 000 € (1 525 € dans le cas d’un logement énergétiquement performant). Les intérêts du PEL sont soumis aux prélèvements sociaux en vigueur dès la première année. Les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu durant les douze premières années du plan. Taux et seuils réglementés, au 1er août 2016, susceptibles de modifications à l’initiative des pouvoirs publics. La durée d’un PEL est comprise en principe entre 4 et 10 ans à compter du versement initial. Tout retrait (anticipé ou non) entraîne la clôture du PEL. La résiliation avant le quatrième anniversaire entraîne la perte de tout ou partie des avantages du PEL (droits à prime et droits à prêt notamment).
 

Mis à jour le 15 février 2017