Une assurance maintien de salaire en cas d’arrêt de travail

Une assurance maintien de salaire en cas d’arrêt de travail
 

L’arrêt de travail suite à une maladie ou un accident impacte toujours vos revenus. Que vous soyez indépendant, salarié ou fonctionnaire, découvrez les indemnités journalières auxquelles vous avez droit par votre régime obligatoire. À vous ensuite de choisir l’assurance à souscrire pour maintenir votre salaire ou éviter une perte de revenus.


Indépendants : un complément de revenu à prévoir

Un arrêt de travail a souvent de lourdes conséquences sur l’activité d’un travailleur non salarié (artisan, commerçant, membre d’une profession libérale). Selon son statut il est éligible aux indemnités journalières versées par la Sécurité sociale des indépendants après un délai de carence de :
  • 3 jours pour les commerçants et artisans. En cas d’arrêt de travail inférieur à 7 jours (accident ou maladie) il n’y a pas d’indemnisation ;
  • 90 jours pour les professions libérales dotées d’une garantie d’indemnités journalières maladie... ce qui est loin d’être la règle.
 
Pour compenser la perte de revenu des indépendants dans ces circonstances, il faut mettre en place une assurance pour perte de revenus. Grâce au dispositif Madelin, l’indépendant peut déduire ses cotisations de son bénéfice imposable.
 
Assuré Groupama :
avec l’assurance prévoyance des TNS, Groupama prend également en charge la chirurgie ambulatoire ainsi que le temps partiel thérapeutique.

Salariés : des indemnités journalières en cas d’arrêt de travail

Parfois un complément de salaire en cas d’arrêt maladie

Vous percevez des indemnités journalières (IJ) pour compenser, en partie, votre perte de salaire. Elles correspondent à 50 % de votre salaire journalier de base, plafonné à 1,8 fois le montant du SMIC en vigueur le mois avant l’arrêt de travail, soit 2697,24 € en 2018.
Vous avez généralement un délai de carence maladie de 3 jours : les IJ sont versées seulement à partir du 4e jour d’arrêt. Vous touchez une IJ pour chaque jour d’interruption du travail (à savoir tous les jours de la semaine) dans la limite de 360 IJ par période de 3 ans consécutifs.
 
A savoir :
l’employeur peut prendre à sa charge les 3 jours de carence et verser des indemnités complémentaires. Tout dépend de l’accord négocié ou de votre convention collective. En sont exclus les travailleurs saisonniers, à domicile, les intermittents ou les salariés temporaires.

Quelles indemnités journalières en cas d’accident du travail ?

Vous touchez des IJ pendant toute la période de votre arrêt de travail, y compris les dimanches et jours fériés. Leur montant dépend de votre salaire de référence, de la durée de l’arrêt maladie (les IJ sont plus importantes à partir du 29e jour d’arrêt) et il est plafonné.
L’employeur vous verse une indemnité complémentaire dans les conditions suivantes : vous n’êtes pas travailleur à domicile, ni salarié saisonnier, ni intermittent ou temporaire et vous êtes présent dans l’entreprise depuis au moins 1 an.

Fonctionnaires : maintien du salaire sans délai de carence

Tout fonctionnaire en arrêt de travail (CMO pour congé maladie ordinaire) perçoit dès le premier jour l’intégralité de son traitement indiciaire pendant 3 mois. Il est réduit de moitié les 9 mois suivants. Le versement pendant l’arrêt de travail des indemnités, supplément, primes et indemnités, qui constituent le traitement du fonctionnaire, diffère dans les 3 fonctions publiques.
 

Mis à jour le 10 août 2018