CEL ou PEL : quelle épargne choisir pour son projet immobilier ?

 
Se constituer un apport personnel à son rythme pour acheter sa résidence principale, déménager pour l’agrandir ou vivre ailleurs, réaliser des travaux, faire construire une maison, préparer un investissement locatif… l’épargne logement fait partie des solutions à étudier.
 
 
 

Épargne logement(1) : 2 solutions dédiées

Avec le PEL, Plan d’épargne logement(1), comme avec le CEL, Compte épargne logement(1), vous obtenez des droits à prêt pour votre achat immobilier, après une période minimale d’épargne. Même si vous n’utilisez pas le prêt, vous bénéficiez d’une épargne sans risque, mieux rémunérée que les livrets classiques tout en bénéficiant aussi d’avantages fiscaux.

Le PEL, Plan d’épargne logement

C’est un placement à 1 % brut(1) hors prélèvements sociaux, avec une rémunération minimum garantie pendant toute la durée du plan et un plafond de dépôts de 61 200 €. La durée minimale de détention d’un PEL est de 4 ans.
Vous devez effectuer un versement de 225 € minimum à l’ouverture et 540 € par an (soit 45 € par mois, 135 € par trimestre ou 270 € par semestre).
À compter de la date d’échéance contractuelle (entre 4 et 10 ans après l’ouverture du PEL), vous ne pouvez plus effectuer de versement mais votre PEL continue de produire des intérêts pendant 5 ans. Les intérêts échappent à l’impôt sur le revenu jusqu’au 12e anniversaire du plan ; seuls les prélèvements sociaux sont dus chaque année.
Une prime d’État peut vous être versée si le prêt d’épargne logement octroyé est d’un montant minimum de 5 000 € (pour un PEL ouvert à partir du 1er mars 2011). Les droits à prêts sont cessibles au sein de votre famille dès le troisième anniversaire du PEL.

Le CEL, Compte d’épargne logement

Le CEL fonctionne comme un livret d’épargne logement : les sommes versées sont disponibles à tout moment et votre épargne est rémunérée par quinzaine. Vous n’avez aucune obligation de versements réguliers. En contrepartie, la rémunération du CEL est moins élevée que celle d’un PEL (0,50 % brut(2)).
Vous bénéficiez d’une prime d’État, lorsque vous débloquez intégralement les fonds pour un prêt à condition que le CEL ait été ouvert depuis 18 mois. Le plafond des dépôts est de 15 300 €.
 
À savoir
Le PEL et le CEL sont ouverts à tous , y compris aux enfants dès leur naissance(3). Cela permet d’augmenter les capacités d’épargne de la famille, mais aussi de répartir les économies dans plusieurs enveloppes : cela peut permettre d’ajuster plus facilement son besoin de trésorerie.

Les autres solutions

Du côté de l’épargne :
  • dans le cadre de l’épargne salariale, le PEE  ou le PERCO  peuvent être débloqués pour l’achat de votre résidence principale ou parfois de travaux (pour le PEE) : renseignez-vous auprès de votre entreprise. L’assurance-vie : elle reste toujours un placement attractif, y compris dans l’optique de financer un achat immobilier, surtout si le contrat d’assurance-vie est ancien et profite d’une fiscalité réduite.
 
Du côté du crédit :
  • le prêt à taux zéro (PTZ)(5)  est une solution intéressante pour un achat dans le neuf si vos ressources annuelles correspondent aux conditions d’obtention. Le prêt 1 % logement est à étudier par l’intermédiaire de votre entreprise.
 
(1) PEL et CEL d’un même titulaire doivent être ouverts dans un même établissement. Pour les PEL souscrits depuis le 1er août 2016 : votre épargne est rémunérée au taux nominal annuel brut de 1 % (hors prime d’État). En cas de prêt d’épargne logement, le taux brut peut atteindre 2 % incluant le versement d’une prime d’État de 1 %. La prime est accordée après 4 ans minimum d’épargne et conditionnée par la réalisation d’un prêt PEL d’un montant minimum de 5 000 €. La prime d’État est plafonnée à 1 000 € (1 525 € dans le cas d’un logement énergétiquement performant). Les intérêts du PEL sont soumis aux prélèvements sociaux en vigueur dès la première année. Les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu durant les douze premières années du plan. Taux et seuils réglementés, au 1er août 2016, susceptibles de modifications à l’initiative des pouvoirs publics. La durée d’un PEL est comprise en principe entre 4 et 10 ans à compter du versement initial. Tout retrait (anticipé ou non) entraîne la clôture du PEL. La résiliation avant le 4e anniversaire entraîne la perte de tout ou partie des avantages du PEL (droits à prime et droits à prêt notamment). Si le prêt est demandé entre la 3e et la 4e année du PEL, la prime d’épargne versée par l’État est réduite de moitié.
(2) Conditions au 1er février 2016. En l’absence de prêt ou au-delà du plafond de la prime d’État versée en cas de prêt, votre épargne est rémunérée au taux nominal annuel brut de 0,50 %. En cas de prêt épargne logement, une prime d’État, égale à la moitié des intérêts acquis et limitée à 1 144 € par compte, est versée. Les intérêts du CEL sont soumis aux prélèvements sociaux aux taux en vigueur mais pas à l’impôt sur le revenu. Les taux et seuils applicables sont réglementés et susceptibles de variation par les pouvoirs publics.
(3) Présence du représentant légal obligatoire à l’ouverture pour les mineurs.
(4) Aucun versement de quelque nature que ce soit ne peut être exigé d'un particulier avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent.
(5) Prêt réglementé sousmis à des conditions d'éligibilité.
 

Modifié le 1er août 2016