Conduite supervisée : une solution souple et économique

 
Passer le permis de conduire pèse lourd sur le budget des jeunes et de leur famille. Parmi les solutions économiques, la conduite supervisée, avec des conditions d’accès récemment assouplies, est une formule à découvrir ou redécouvrir. Tour d’horizon des avantages de cette solution.

La conduite supervisée : une solution accessible à partir de 18 ans

Dès lors que vous avez réussi l’épreuve du Code de la route et réalisé 20 heures minimum de conduite en auto-école, vous pouvez acquérir une expérience de conduite supplémentaire sous la surveillance d’un accompagnateur de votre choix. Bon plan : choisir la conduite supervisée après un échec à l’examen pratique du permis de conduire ou avant son passage. C’est une solution astucieuse pour ne pas multiplier les leçons de conduite facturées hors forfait.

De nouveaux avantages pour la conduite supervisée

Bonne nouvelle car depuis le 27 novembre 2015, les conditions d’accès à la conduite supervisée sont assouplies. Plus d’obligation de parcourir une distance minimum de 1 000 km ni de durée minimale (3 mois avant). Ainsi, la durée de la conduite supervisée peut désormais être de quelques jours seulement. Par ailleurs, le rendez-vous pédagogique en cours d’apprentissage n’est plus nécessaire.
 
Quelles sont les conditions d’accessibilité à la conduite supervisée :
 
1 – pour le conducteur :
  • Après la formation initiale des 20 heures de conduite minimum : il doit récupérer auprès de son formateur l’Attestation de Fin de Formation Initiale(AFFI) prévue dans le livret d’apprentissage.
  • Après un échec à l’épreuve pratique du permis de conduire : il doit obtenir l’autorisation de pratiquer la conduite supervisée auprès de l’enseignant de son auto-école.
  • Dans tous les cas, il doit avoir obtenu l’accord de sa compagnie d’assurances quant à l’extension des garanties de son contrat d’assurance auto pour la voiture conduite.
 
2 – pour l’accompagnateur :
  • Il doit avoir un permis de conduire de la catégorie B depuis au moins 5 ans. Pendant cette période, il ne doit pas avoir fait l’objet d’une annulation ou d’une invalidation de permis.  
 

Une solution économique en cas d’échec à l’épreuve de conduite

En cas d’échec à l’épreuve de conduite du permis de conduire, la conduite supervisée permet de poursuivre son apprentissage de la conduite dans de bonnes conditions financières.
L’enseignant de l’auto-école délivre, à l’issue d’un rendez-vous de 2 heures comprenant 1 heure de conduite minimum et un bilan personnalisé, une autorisation de conduite supervisée.

 
A savoir
La période probatoire du permis de conduire reste de 3 ans sans infraction avant d’obtenir les 12 points du permis, contrairement à l’AAC qui permet de réduire la durée de la période probatoire à 2 ans.
 
Découvrez nos garanties  
faites un devis assurance
 
 

Publié le 22 mars 2016