cerise groupama

 

Eviter les arnaques à la vente de voiture d’occasion

Eviter les arnaques à la vente de voiture d’occasion

 


Compteur trafiqué, voiture de location vendue comme une première main, panne récurrente « oubliée », épave maquillée, les arnaques lors de la vente d’une voiture ne manquent pas. Ces arnaques à l’achat d’une voiture concernent particuliers et professionnels du secteur. Décryptage.


« Voiture première main », le classique de l’arnaque

De plus en plus de véhicules possèdent leur immatriculation à vie. Conséquence : puisque l’on ne change plus son immatriculation au moment de la vente d’un véhicule, il est très facile de faire croire qu’il s’agit d’une voiture première main !

 

Pour éviter ce piège : vérifiez le certificat de situation administrative de la voiture mentionnant la date de la première mise en circulation.

 

Consultez le certificat d’immatriculation/carte grise (rubrique B) qui indique la date de la 1re immatriculation, parfois différente de la date d’établissement de cette carte.

Autres arnaques à l’achat d’une voiture d’occasion

Compteur trafiqué

La cure de jouvence d’un compteur est très facile pour les petits bricoleurs. Enlever quelques zéros donne un nouvel attrait au véhicule. Pas facile pour un particulier de le détecter, sauf si l’écart entre le kilométrage et l’âge de la voiture est énorme.

Essai refusé

Vous devez essayer la voiture que vous envisagez d’acheter. Si le futur vendeur refuse de vous laisser le volant, passez votre route. Il y a certainement un problème qu’il veut cacher. En conduisant vous devez tester la direction, la transmission, les freins…

Documents de vente incomplets ou absents

La vente d’une voiture d’occasion nécessite la remise de nombreux documents obligatoires parmi lesquels :

  • le carnet d’entretien mentionnant toutes les interventions techniques du garagiste. Le vendeur ne l’a pas ? Demandez-lui de partager avec vous l’historique de son véhicule. En quelques clics il renseigne ces informations sur la plate-forme officielle Histovec mise en place par le ministère de l’Intérieur. Et vous aurez accès à tout l’historique de votre future voiture,

  • les éventuelles factures de réparation,

  • et le dernier contrôle technique (de moins de 6 mois) pour un véhicule de 4 ans et plus. Exigez de voir le procès-verbal initial du contrôle technique et pas seulement le certificat de contre-visite. Vous saurez ainsi exactement dans quel état se trouve votre futur véhicule.

Vendeur masqué

Le vendeur est-il le propriétaire de la voiture ? Une seule solution pour vous en assurer : exigez une pièce d’identité et vérifiez que son nom est bien celui du certificat d’immatriculation.

Signez l’acte d’achat au domicile du vendeur permet de confirmer que l’adresse est celle figurant sur le certificat.

 

A savoir : il s’agit de quelques exemples d’arnaque à l’achat de voiture. Certains professionnels malhonnêtes « retapent » des véhicules destinés à la casse et les revendent à des prix défiants toute concurrence. Les procès se sont multipliés ces derniers mois. Il est donc important d’être méfiant lorsqu’un prix de vente annoncé est beaucoup plus faible que la cote du véhicule.

Paiement de la voiture

Il est déconseillé de payer en liquide : sans trace de l’acte d’achat, la preuve est difficile à apporter. De même, évitez un paiement via mandat cash.

 

A savoir : n’hésitez pas à utiliser des applications proposant des transactions sécurisées, comme Paycar, Obvy Le principe est simple : l’argent est bloqué sur un compte. Le vendeur le touche uniquement lorsque l’acheteur donne son accord. Certains sites marchands, comme Le Bon Coin, possède également leur service de paiement sécurisé.

Déclaration en préfecture

Certains acheteurs « oublient » de réaliser le transfert de propriété du véhicule. Un bon moyen pour l’acheteur fraudeur d’éviter amendes et retraits de points, la voiture restant au nom du vendeur.

Voitures importées... soyez attentif

De nombreux vendeurs se sont débarrassés de leurs voitures diesel en raison des normes anti-pollution de plus en plus drastiques. Conséquence, de nombreux véhicules essence estampillés Europe centrale ou Europe de l’est sont venues alimenter le marché français très demandeur d’occasion essence. Mais leurs normes de pollution ne sont pas identiques aux nôtres et retracer l’historique de ces voitures est complexe...

Eviter l’arnaque à la vente en contactant une enseigne reconnue

Acheter une voiture d’occasion dans une concession n’est pas toujours le plus fiable, comme le révélait une enquête de 2016 de la DGCCRF(1)« Les infractions majeures sont révélées chez les marchands et négociants indépendants » selon l’enquête. Il est donc prudent d’orienter vos recherches, si vous voulez acheter auprès d’un pro, vers les grandes enseignes. Elles proposent des voitures certifiées, origine et historique garantis.

 

(1) Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Mis à jour le 24 janvier 2020