Acheter une voiture d'occasion : 7 arnaques à éviter

 
Arnaque sur la voiture « première main », compteur trafiqué, papiers manquants, prix surestimé…  autant de pièges à connaître avant de signer votre achat. 
 

1 – Attention à l’escroquerie « première main » 

Lors de l’achat d’une voiture, la mise en place de l’immatriculation à vie ne nécessite plus le changement d’immatriculation. Il est donc possible de faire croire que la voiture est une première main puisqu'elle ne change pas de numéro d'immatriculation. 
La parade : demandez au vendeur de vous montrer le certificat de situation administrative de la voiture. La date de première mise en circulation y est indiquée. Vous pouvez aussi vous reporter à la carte grise (à la rubrique B) pour connaître la date de 1ère immatriculation sachant que cette date peut être différente de la date d'établissement de la carte grise (rubrique I).


2 – Compteur kilométrique trafiqué

Rien n‘est plus facile que de rajeunir une voiture, quand on s’y connaît un peu, et de retirer quelques zéros au kilométrage indiqué sur le compteur.
Astuce : vérifiez le kilométrage indiqué sur les factures d’entretien de la voiture. Vous pouvez aussi regarder de plus près la voiture, à la recherche de traces d’usures éventuelles.


3 – Fausses options

Faire passer un équipement de série pour une option spécifique, c’est un moyen de faire monter le prix de vente : par exemple, les sièges en cuir, la climatisation… 
Conseil : vérifiez l’historique des modèles sur les sites officiels (l’argus par exemple). Et si vous connaissez un concessionnaire de la marque, il peut vous aider à vérifier cette information.


4 – Papiers absents

Le vendeur doit vous remettre un dossier complet d’informations sur la voiture :
  • Le carnet d’entretien, ou le cas échéant, les factures d’éventuelles réparations.
  • Le dernier contrôle technique, daté de moins de 6 mois. Sauf pour les véhicules de moins de 4 ans pour lequel ce n’est pas obligatoire. 
 
Conseil : si le vendeur vous montre uniquement le certificat de contre-visite, qui détaille les problèmes résolus, exigez également le procès-verbal initial du contrôle technique.


5 – Essai refusé

Cela paraît évident, mais essayer une voiture est le passage obligé avant d’acheter. Surtout, ne vous contentez pas d’être passager : le vendeur peut masquer certains défauts en adaptant sa conduite. 


6 – Vendeur masqué

Assurez-vous que le vendeur est bien le propriétaire de la voiture :
  • Demandez-lui une pièce d’identité pour vérifier que le nom est le même que celui indiqué sur la carte grise.
  • Signez l’acte d’achat au domicile de votre vendeur et vérifiez que l’adresse est la même que sur la carte grise.
 

7 – Attention aux modalités de règlement

Un vendeur « honnête » vous demandera un chèque de banque. Tout autre moyen de paiement peut se retourner contre vous. 
  • Refusez de payer en espèce : sans trace de paiement, il sera plus difficile de vous retourner contre votre vendeur, en cas de problème.
  • Evitez les paiements par transfert d’argent comme Western Union ou Money gram : vous ne pouvez pas vérifier l’identité des personnes qui vont retirer l’argent.
 
A savoir : Western Union précise qu’il est interdit d’utiliser ses services pour régler directement des achats de biens, notamment par Internet. 

Service  Groupama : pour sécuriser votre achat, vous pouvez aussi faire appel à AutoNuevo (1), un service gratuit proposé par Groupama pour vous aider à trouver votre future voiture, neuve ou d’occasion, en profitant d’un prix négocié. 

(1) Le service Groupama Auto Nuevo est mis en oeuvre par CapsAuto, filiale de Groupama et permet d'entrer en relation avec des vendeurs automobiles professionnels partenaires. Service gratuit hors coût éventuel de communication téléphonique et sans obligation d'achat réservé aux particuliers résidant en France métropolitaine et proposé par Groupama à l'occasion d'une offre d'assurance auto. La valeur du véhicule recherché doit être au minimum de 5 000 € pour une voiture d'occasion et de 8 000 € pour une voiture neuve. Voir conditions auprès de votre conseiller Groupama
 

Publié le 1er février 2017